BLAZERS 10 : Miracles de gauche

Publié le par Devotionall

Des nouvelles du front, depuis que le gouvernement Berlusconi est tombé aux dernières elections. Comme vous ne manquez pas de le savoir, l'Italie est redevu ce pays où il fait bon vivre, terre de lumière et de plaisir, et ce grâce à l'action efficace et réflechie du nouveau gouvernement de gauche de Romano Prodi. Tout va donc à nouveau pour le mieux dans le meilleur des mondes, et c'est cela aussi, l'effet de la gauche. Non, allez, plus sérieusement, il convient juste de rappeller briévement quelles sont les deux grandes mesures du gouvernement Prodi en ces quelques mois, afin de mieux comprendre aussi pourquoi ce gouvernement absurde tombera avant le printemps prochain. Tout d'abord, le fameux Indulto, c'est à dire le pardon, la remise de peine. Mastella, sombre bureaucrate à la solde de ce nouveau gouvernement risible, a eu une idée de génie pour résoudre le problème de la supopulation carcérale, à laquelle personne n'avait songé avant lui : libérer des milliers de détenus en leur faisant bénéficier d'une remise de peine à effet immédiat et retroactif, comme ça, juste arce que, sans motif valable. Merci Mastella, qui a donc offert un joli saut conduit pour la liberté à près de 20 000 prisonniers, les relachant dans la nature sans la moindre chance de réinsertion, sans le moindre programme cohérent d'accompagnement, juste pour faire de la place. Oh toi le violeur, dégage, on a besoin de place, ouste! Ainsi à Naples et à Palerme, où le phénomène de la micro criminalité est exaspéré par rapport au reste de l'Italie, c'est presque 50 % de la population carcérale qui s'est retrouvée dehors ( 47 % à Palermo, ça semble incroyable et aberrant, mais ce sont les chiffres ). Alors quoi, la gauche est elle devenue folle? Non, car ce decret, s'il libère autant de détenus, a surtout le mérite d'empêcher d'autres gros calibres de la politique qui étaient sur le point d'y entrer ( Previtti respire... ) sans l'intervention miraculeuse de la gauche bien pensante. Berlusconi n'avait pas osé, la prochaine fois il se fera moins de scrupules! Signalons aussi la nouvelle loi de finances, pour laquelle Prodi a définit les italiens "fous", "inconséquents" et "endormis", afin de justifier les nombreuses restricitions budgetaires qui font frapper les grands moteurs de l'économie italienne, ainsi que la culture et le sport. Monsieur Prodi, bien sur, a organisé des coupes franches dans tous les ministères sauf ... pour l'armée, qui voit son budget en hausse, cas isolé bien difficile à expliquer. Une vraie bonne politique de gauche, donc, merci les amix, vous en reprendrez bien pour le dessert?

Et les Blzers dans tout cela? Vous remarquerez que j'ai tenté de faire diversion, afin d'éviter de parler de la déroute de cette nuit face aux pourtants peu redoutables Celtics. Rien à faire, les défauts structurels de l'équipe sont flagrants, et après un bon départ dans la NBA cette sasion, les Blzers souffrent sur la route de manière exagérée. Randolph sauve l'honneur avec un nouveau double double, suivi d'un double double dans les tribunaux : une accusation d'agression sexuelle au printemps dernier et une autre de violence avec port d'armes et en bande! Welcome to Portland, le pays où il est impossible de mettre sur pied une équipe cohérente sans qu'elle finisse sur les parquets... de la justice. Boston a explosé 41 à 26 les blazers dans le dernier quart, rendant ainsi toute discussion inutile. Même Telfair, viré come un malpropre, y est allé de ses 15 pts et 7 assists. A noter les débuts de Aldrige dans le starting five ( moyen, 12pts et de la présence, mais transparent dans les moments décisifs ) et les 14 pts de Udoka, qui est allé bien au dela de ses maigres capacités. La palme du ridicule à Rodriguez auteur d'un 0 sur 6 au tir, 0 point en 18 minutes. Encore un calvaire et ce sera le retour à la maison... Courage!

Les Blazers prennent l'eau

BOSTON - PORTLAND   118 - 90

PTS : PIERCE (Bos)   29

RBS : RANDOLPH   12

ASS : JACK   8

Bilan : 4V   6D

Publié dans Blazers

Commenter cet article