SEMI-PRO ( de Kent Alterman )

Publié le par DEVOTIONALL

Après Disco, le film d’Onteniente déjà descendu en flèche sur ce site, voici un autre film qui puise l’essentiel de sa comicité dans les années 70. il s’agit de SEMI PRO, nouvelle comédie déjantée en provenance des States. Humour subtil s’abstenir, il s’agit ici de grosses ficelles pour public peu regardant.

En 1970, Jackie Moon signa un tube de la pop, qui lui permit d’accomplir son rêve : acheter une équipe de basket, dont il devient aussi joueur et coach. 1976. Les Flint Tropics végètent dans les limbes de l’ABA, ligue concurrente de la NBA. Pire, une fusion va bientôt avoir lieu : seulement quatre équipes de l’ABA pourront rejoindre la prestigieuse NBA. Furieux, désemparé, Jackie obtient de la Ligue que ce soient les quatre meilleures équipes de la saison qui soient choisies. Espérant sauver la sienne, il engage l’ancien pro de la NBA Monix. Celui-ci entre rapidement en conflit avec la star des Tropics, le talentueux Clarence Downtown. Les résultats de l’équipe sont toujours aussi mauvais, mais Jackie a plus d’un tour dans son sac pour prouver que les Tropics sont dignes de survivre...

La qualité du film, c’est d’être tout de même capable de développer une histoire, derrière l’apparente facilité que constitue la comédie ricaine, c'est-à-dire pas toujours digeste et rarement light. Ici les thèmes abordés n’ont rien de très original ; il s’agit avant tout de poursuivre et d’atteindre son rêve, aussi loufoque soit-il. Il s’agit de la grande valeur de l’amitié, cette franche camaraderie entre hommes dans les vestiaires, entre deux effluves de sueur aux relents salés. Les amateurs de basket vont être ravis car le film leur adresse toute une série de clin d’œil, que le spectateur allergique aux commentaires de George Eddie ( ce soir sur Canal Plous… ) ne relèvera pas même. Après reste le comique en soi : et il faut dire que les amateurs de phrases truculentes et d’effets savamment recherchés en seront pour leurs frais. Ce film est une grosse gaudriole, comme le prouve la présence de Will Ferrell qui est toujours dans les bonc coups quand il s’agit de faire le pitre bien gras. La bande son qui s’égraine le long de ce Semi-Pro est un autre point positif, pour ceux qui sont bien sur tentés par le coté soul/disco. Un film qu’il faut aller voir uniquement dans le but de se détendre et sans aucune prétention analytique de quelque sorte que ce soit. Efficace dans son genre, et c’est tout ce qu’on lui demandait, non ? (6,5/10)


Semi-Pro : En pleine période de play off NBA, bon timing!

Publié dans AU CINE CE SOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article