GREEN LANTERN : Emerald dawn (1 et 2)

Publié le par DEVOTIONALL

COMICS Corner :

GREEN LANTERN : Emerald dawn ( Dc comics / Tpb )


Au début des années 90, la grande mode des « Year one » n’existait pas encore chez DC Comics. Autrement dit, ces histoires relatant les premiers pas des principaux super héros de la maison d’édition n’avaient pas encore de ligne éditoriale définie. Ce qui n’empêcha pas Keith Giffen d’anticiper sur les temps, afin de relancer aux yeux du grand public la figure de GREEN LANTERN, sorte de sheriff cosmique tirant son pouvoir d’un anneau et d’une batterie à recharge sous forme de lanterne, justement. Ces attributs lui sont conférés par un alien, membre du Corps des Green Lantern ( ils sont des milliers à patrouiller dans tous le cosmos… ) qui s’écrasent sur notre planète, et choisit Hal Jordan simple pilote d’essai dans l’aéronautique pour lui succéder. La vie de Hal a tendance à partir en sucette : il est orphelin de père ( qui s’est écrasé lui aussi, et sous ses yeux ! ) et vient de provoquer un grave accident de la route après avoir conduit en état d’ivresse, qui envoie un de ses meilleurs amis sur une chaine roulante. De là un des grand thèmes récurrents de la bd superhéroïque : le dépassement de soi, l’altruisme, affronter ses démons et triompher.

Car Hal va remonter la pente. Pour maitriser l’anneau, il faut une grande probité et une force morale certaine. EMERALD DAWN retrace donc les premiers pas de Jordan sous le masque et le costume de Green Lantern, ses premières incursions sur Oa, la planète des Gardiens ( les véritables patrons des Green Lantern, vieux sages qui gèrent cette police de l’espace ) et sa réhabilitation progressive aux yeux de son entourage. Ensuite, dans EMERALD DAWN II, Giffen nous narre cette fois de la première rencontre entre Hal Jordan et son ennemi juré, Sinestro. A l’époque, ce dernier, lui aussi membre des Green Lantern, a la devoir d’instruire et guider le terrien vers une ultérieure connaissance des devoirs qu’impliquent son nouveau rôle. Mais son délire de puissance et sa passion maniacale de l’ordre en ont fait un dictateur execré sur sa planète natale, ce qui ne peut bien entendu que déplaire à notre bon Hal Jordan, boy scout à ses heures perdues. Ces deux ouvrages, illustrés de manière classique et plaisante par Bright et Owsley, entre autres, sont les deux compagnons indispensables de tous ceux qui souhaitent remonter aux sources du mythe Green Lantern, sans pour autant devoir retrouver et assimiler les vieux épisodes du Silver age des comics, qui narraient des origines sensiblement différentes et très « old school ». C’est la seconde partie, et le duel avec Sinestro, qui vous réjouira encore plus, surtout si vous suivez actuellement le grand crossover en cours sur les pages de DC Univers. Une bonne idée de lecture pour commencer l’année. (7/10)



Retrouvez les ouvrages sur amazon.fr

http://www.amazon.fr/Green-Lantern-Emerald-Dawn/dp/0930289889/ref=pd_sim_eb_1
Le volume 1 pour moins de sept euros

http://www.amazon.fr/Green-Lantern-Emerald-Dawn-II/dp/1401200168/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=english-books&qid=1230733420&sr=1-1
Le second coûte la peau des fesses, par contre...

Publié dans COMICS

Commenter cet article