HEINE ET LES FETES DE NOEL

Publié le par DEVOTIONALL

Henri Heine était le correspondant de la "Gazzette d'Augsbourg" à Paris, vers la fin de la première moitié du XIX° siècle. Raison pour laquelle il arpentait les grands boulevards et donc les devantures des grands magasins en période de fête. En quoi ça peut nous intéresser, tout ça? Très simple: En période de crise mondiale ( ainsi nous dit-on chaque jour ) certaines lignes, certains mots, ont plus de pouvoir et de vérité que jamais. Lecture édifiante :

Heine regarde les pauvres bavant aux vitrines et se dit que s’ils se mettaient à tout casser, franchement, ça ne l’étonnerait pas plus que ça : «Les figures de ce public sont si sérieuses, si souffrantes et si laides, si impatientes et si menaçantes qu’elles forment un contraste sinistre avec les objets qu’elles contemplent la bouche béante. Ce contraste est si terrible que parfois la peur nous prend de voir ces hommes lever tout à coup leurs poings crispés pour fracasser tous ces jouets bariolés et étincelants du monde comme il faut, et pour briser pitoyablement et sans merci ce monde comme il faut lui-même !»

Ce qui n'a pas été brisé hier, le sera peut être demain. L'espoir fait vivre...



Au service des grands capitaux, le Père Noël a encore frappé!

source : Libération

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article