LA COTE D'AZUR - LA COTE D'USURE

Publié le par DEVOTIONALL

LITTE - RATURE


C'est dans les préfaces qu'on trouve parfois le plus de vérité. Direction Maupassant et Jacques Dupont pour une rapide démonstration.

Dans la préface du livre de Maupassant, « Sur l’eau », Jacques Dupont livre un très bon texte analytique de l’œuvre, qui s’ouvre par une remarque fort pertinente sur l’état de la Côte d’Azur. J’y ai trouvé beaucoup de vérité. Ainsi donc, il y  parle de, je cite, « l’assassinat que subira cette côte au XX° siècle ». L’occasion donc de relire ces quelques lignes ensemble, que je trouve fort justes.


« ...Une Méditerranée non encore polluée, sans planches à voiles, sans hors-bord arrogants et bruyants, où l’on croise bricks et tartanes, où l’on pêche tranquillement à la palangrotte ; une Côte d’avant le béton triomphant et le tourisme de masse, une Côte où Antibes a encore ses remparts et n’a point de musée Picasso ni de festival de jazz, où Cannes est une petite ville singulière, mi-mouroir pour tuberculeux, mi-salon pour aristocrates et mondains désœuvrés et frileux, sans cinéastes ni stars, sans délinquants, sans ski nautique, sans promoteurs véreux, sans riches saoudiens tapis dans leurs villas, sans travestis ; une période où Saint-Tropez est assoupie au bord de son golfe, à l’écart des voies de communications « modernes », sans villas ni célébrités frelatées, où l’Esterel abrite des solitaires, voire des brigands : un monde révolu, bien propre à séduire le passéiste qui sommeille en chacun de nous. »

 

Entre mafia russe et 3° âge enclin au front national, la réalité d’aujourd’hui n’est pas toujours rose…


En tous les cas, ici au moins il fait chaud...

Publié dans devotionall

Commenter cet article