ILIKETRAINS " Elegies to lessons learnt "

Publié le par DEVOTIONALL

Vous avez prévu d'organiser une ghrande soirée entre mais et vous avez besoin d'une bande son idéale pour faire danser tout votre beau monde entre le fromage et le déssert? Ne comptez pas sur moi aujourd'hui. Par contre, si votre soirée à pour thème "les diverses façons d'en finir et sans se louper", il est probable que le nouvel album d'ILIKETRAINS puisse vous être utile. Voilà un groupe bien difficile à cerner, avec ces relents de Sigur Ros ( musique hérmétique et froide ) et ses envolées à la Radiohead période post Kid A. Sans oublier le chant rauque de Dave Martin, qui n'a rien du frère de Chris, et qui n'a pas son pareil pour vous plomber l'atmosphère. Ces cinq anglais vous invitent à effectuer un beau voyage sur les terres arides et hostiles de la mélancolie et de la tristesse, sans grande possibilité de rédemption. Plages mélodiques bluffantes, grands moments de lyrisme, ce second disque est mûr pour la gloire chez les auditeurs exigeants, et pour être ignorer par le commun des mortels. La vie est injuste.

Death is the end est le titre qui clot l'album, c'est tout dire. C'est triste, c'est beau, c'est profond, car en dehors de l'anonce un peu facile, les paroles sont simples mais touchantes. La voix caverneuse de Dave Martin n'est pas de celles qui surjoue, il se contente de nous raconter tout, et on en frissonne encore. We go hunting est un autre moment de bravoure, avec une guitare prête à s'enflammer et magnifier une fort belle complainte. We all fall down est une plongée lente et puissante sans les affres de l'existence, d'une merveilleuse vérité, un de ces morceaux entre ciel et Terre et qui ne semblent jamais vouloir redescendre. Nick Cave, à coté, est un chanteur d'opérette plutôt comique, une sorte d'Eric Moreno ( Oh mon bâteau... ) pour parkings de Prisunic. Austère et intellectuel, ce ELEGIES TO LESSONS LEARNT n'a même pas de temps mort! Impossible de danser la dessus, impossible de refiler l'album à votre petit cousin ado retardé qui ne jure que par le gothique marketisé d'Evanescence et consort, impossible de passer cela sur la moindre radio de la bande FM, mais parfait pour avoir la sensation qu'un glaçon vénéneux vous descend le long de la colonne vértébrale... ( 7,5/10 ) 

 

1. We All Fall Down
2. Twenty Five Sins
3. The Deception
4. Voice of Reason
5. Death of an Idealist
6. Remnants of an Army
7. We Go Hunting
8. Come Over
9. Spencer Perceval
10. Epiphany
11. Death is the End

 

Publié dans MUSIC

Commenter cet article