Vertiges

Publié le par Devotionall

Je souffre depuis maintenant un an et demi des conséquences d'une forte névrite vestibulaire, à savoir que l'oreille interne gauche, organe qui régit l'équilibre, ne fonctionne plus. J'ai donc la désagréable sensation, sans jamais la moindre pause, de me trouver sur un plan incliné ou instable, un peu comme si vous aviez bu, en somme. Sans oublier les vertiges, les mauvais jours.

Mais le but de cet article n'est pas de me plaindre. Juste évoquer une petite vérité concernant le vertige.

Le vertige, cette désagréable sensation de voir votre environnement se mettte à tourner, si stressante et anxiogène,  ne doit pas être confondu avec le prétendu vertige qu'un individu quelconque peut ressentir en observant le panorama d'une certaine hauteur. Imaginons ainsi que vous soyez en haut d'une tour HLM de plusieurs étages, protégés par un balcon qui vous monte jusqu'à la poitrine. Vous regardez le sol, cinquantes mètres en contrebas, et vous percevez un sentiment diffus de panique, car vous avez la sensation de tomber. Ce qui est absurde pour deux motifs évidents : tout d'abord car le balcon et son parapet vous protège, et une chute involontaire est invraissemblable. Ensuite car malgrè vos sensations, le sol ne va pas venir à votre rencontre, il est inerme et inoffensif. alors pourquoi cette crainte?

En fait, ce que vous craignez, c'est vous même. Vous craigniez votre désir inconscient, votre aptitude potentielle à vous abandonner à ce vide, à vous y jeter. Vous craignez de vous jeter. Tout au fond de vous une petite voix vous dit de vous laisser aller, de faire le grand saut, ou en tous les cas vous vous sentez capable de l'effectuer à votre insu, vous sentez que votre inconscient vous inviteà l'improbable. C'est de vous et de vos incertitudes, et de vos hésitatiosn, que vous avez peur. Vous avez peur de ne plus être le maître de vous même, et donc de vous ecraser cinquantes mètres plus bas.

Le vertige véritable est aussi, dans une moindre mesure, la manifestation physique d'une incertitude, l'incapacité de se fixer et de se tenir à une décision, à un mode de vie. Le mouvement rotatoire devient la valse effrénée de nos hésitations.

Ressentir un vrai vertige nous replace donc à l'âge enfant où nous ne pouvions nous dire maître de nos choix et de nos actes. Notre équilibre est notre modus vivendi, notre certificat de santé psychique.

Saleté de nevrite del cazzo! Et dire que je me suis ramassé cette saloperie pendant un voyage scolaire, et qu'en retour je n'y ai gagné que l'indifférence et l'incompréhension de l'Education Nationale. Même pas le droit de prendre un petit fromage babybel à la cantine, en plus de mes deux laitages. Bastardi.

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article