SPIDERMAN : Evil That Men Can Do

Publié le par DEVOTIONALL

Un des arguments utilisés par ceux qui dénigrent systématiquement les comics est que cette "littérature" est en trop grande partie destinée à un public jeune et peu cultivée. Ce qui est vraiment idiot, convenons en, mais certaines idées fausses résistent encore aujourd'hui. Certes, les lecteurs les plus terre à terre ont parfois du mal avec Spiderman et sa gallerie pittoresque d'ennemis en tout genre. Je citerai, juste comme exemple, le Bouffon vert et son planeur maléfique, L'Homme Sable ou Hydro Man ( le sable et l'eau incarné, en somme ) ou encore Mysterio, un illusioniste avec un costume improbable orné d'un scaphandre de cosmonaute! Mais il existe aussi - de plus en plus - d'histoires conçues spécifiquement pour un public plus adulte, qui aborde des thématique que les plus jeunes ne peuvent appréhender pleinement, voire qui risquent de les choquer. La mini série en 6 partie EVIL THAT MEN CAN DO ( traduisible par : Le mal que peuvent faire les hommes ) et qui met en scène le duo Spidey / Chatte noire ( cette voleuse professionelle dans un costume moulant en latex, un peu à la Catwoman ) est un parfait exemple appliqué de cette tendance, et de l'évolution du comic book rapporté à notre société.

Dans cette mini série, Spidey enquête sur la mort par overdose d'un jeune étudiant de son lycée ( il est aussi prof à ses heures perdues ) tandis que la Chatte noire ( très sexy ce nom ) recherche une amie disparue, probablement enlevée ou pire. Les deux pistes finissent par confluer vers une seule et même source : un acteur américain très en vogue et accroc à l'héroïne, et vers son dealer, qui semble doté de la faculté de provoquer des overdoses à distance, sans que ses clients ne s'injectent quoi que ce soit dans les veines. Un peu de violence urbaine donc, mais aussi bien vite des rebondissements inquiétants : histoire d'inceste, de viol et de pédophilie, jusque entre deux frères! Une plongée effrayante dans ce que les hommes peuvent faire subir de pire aux femmes, quand les pulsions sexuelles deviennent incontrolables et poussent à la folie. Le tout est traité avec intelligence, et une bose dose d'humour dans les dialogues, souvent à ne pas laisser entre les mains des plus jeunes ( les allusions aux nichons de la Chatte noire et aux rapports intimes entre les deux héros sont légions... )

C'est Kevin Smith qui a eu la bonne idée de réaliser cette mini série. Il a quand même pris son temps, puisque presque quatre ans se sont écoulés entre la 3° et la 4° partie. Pris par ses nombreuses activités, dont celle principale de réalisateur ( Clerks, c'est lui, par exemple ) Kevin a bien failli ne jamais finir son travail. D'ailleurs, la fin actuelle ne correspond en rien à ce qu'il avait envisagé au départ, mais il a du revoir sa copie en raison de l'évolution des personnages survenues entre temps dans les séries régulières de la Marvel. C'est un couple, les Dodson, qui s'occupent du dessin. Rien de bien folichon, le trait est presque grossier, même si assez souple et lisse, et il permet de dédramatiser la tension sous-jacente dans toute l'histoire. Probable que ça ne soit pas l'aventure de Spiderman préférée de votre frèrot de douze ans, mais ça pourrait bien devenir la votre, qui sait ? Evil that men can do a été publié début 2007 sur les pages de Spiderman extra, en France, chez Panini comics ( 7/10 )

Commenter cet article