LUKE "Les enfants de Saturne"

Publié le par DEVOTIONALL

 

Le rock ou la pop à la française souffre t'il de complexes ? c'est la question qu'on se pose régulièrement, à l'écoute des nombreux albums qui nous tombent entre les oreilles. Difficile d'acoucher d'une belle mélodie, d'un bon disque pop dans le sens noble du terme, de produire des chansons mielleuses sans être lourdes ou trop sucrées, légères sans être inconsistantes et futiles. Les français se prennent diablement au sérieux, la musique de l'hexagone se nourrit des tensions et des problèmes sociaux, se morfond souvent dans son misérabilisme, ou se sent investi d'une pseudo mission poétique, le grand mythe de la chanson engagée à texte : dur de vivre à l'ombre de Brassens et consort, quand nos voisins britons grandissent avec comme référence les Beatlles et un talent indéniable pour ciseler la pop comme personne d'autre. En France, dès qu'en groupe envisage le passage sur les grandes radios classiques, c'est encore pire. On l'accuse tout de suite de se vendre et de se sacrifier sur l'autel du commercial, comme si les artistes produisaient tous pour ne pas vendre, pour rester cloisonnés dans d'étroites chapelles. LUKE fait un petit carton sur les radios FM pour ados, depuis l'été, mais prétent tout de même, avec son second album, Les enfants de saturne, maintenir une crédibilté suffisante pour conserver sa carte de membre du club de la scène française qui se prend la tête. Exercice d'équilibrisme intéressant.

Dès le premier titre, LUKE fait vrombir ses guitares et en rajoute des couches dans l'amplitude du son, histoire de porter bien haut l'étendard du rock, plus crédible que celui un peu tarlouze en nos contrées de la pop. La rugosité du groupe semble quand même un peu forcée, il ne suffit pas toujours de ne pas se laver les cheveux pendant des semaines pour ressembler à Kurt Cobain, l'instrument en main. Les tubes sont présents, comme Stella ou La terre ferme, mais que valent vraiment ces morceaux, qui semblent au final des copier coller trop vite ficelés de tout ce qu'on peut entendre entre Europe 2 et les radios universitaires à longueur de journée. Bordeaux n'est pas Manchester ou Londres, et le destin des LUKE est de lutter avec vélléïté contre un destin qui semble déjà écrit. L'ombre de Noir Désir reste très présente, et franchement ils ne font pas grand chose pour s'en départir. Ce qu'on attendait en fait, du successeur de La tête en arrière, c'est une bonne paire de titres catchy, poppy, car tant qu'à lorgner sur la bande FM, autant savoir se départir de ses influences et s'abandonner entre les bras de la mélodie pure et franchir un palier suffisant vers la maturité. Mais LUKE est encore un groupe adolescent, qui n'a pas encore tué le père. Sa voix n'a toujours pas muée, et ses accès de révolte lycéenne n'ont pas la fougue et l'incandescence qu'ils voudraient nous faire croire. Ah la malédiction d'une certaine scène française... Les enfants de saturne, un album bourré d'explosifs qui risque bien de finir en pétard mouillé. ( 5/10 )

lukealbum.jpg

Le nouvel album de Noi ... pardon de LUKE.

PS : Eddy, je te confie volontiers une chronique irrégulière sur la scène française. Tu as un moment ?

Publié dans MUSIC

Commenter cet article

Dr Orlof 23/09/2007 17:19

Petite précision, les enfants de Saturne est le troisième album du groupe Luke. Pour ma part, je reconnais l'influence indéniable de Noir désir mais c'est plutôt une bonne chose : l'album me semble une belle réussite.

Ska 19/09/2007 21:15

Bonjour, de passage sur ce blog en cherchant quelques compte-rendus du nouveau PJ Harvey... Luke... J'aime assez pour ma part, même si je regrette aussi le côté "ado" de leurs textes... Mais, bon, c'est vraiment "efficace" (le vilain mot). Mais dans le registre, je préférais La tête en arrière à ce troisième album... Par contre, je suis complètement d'accord avec Eddy sur La vie presque. Oui, le premier album était bien différent, dégageait une personnalité qui s'est dilluée par la suite (Les dimanche de vote : grande chanson !).

eddy 18/09/2007 19:40

Quand à ce qui est de la comparaison j'ai bien cherché à rapprocher Luke de Mireille mathieu mais je n'y suis pas arrivé, disons que c'est le son de noir desir qui m'est venu en premier.Toutefois, comme il a été dit, on peut s'inspirer d'un groupe tout en gardant son originalité, je suis d'accord, mais dans le cas présent (et je parle de l'album précédent) la copie est tellement flagrante qu'il ne faut pas s'y connaître des masses en chansons pour ne pas la remarquer.Quand au nouvel album je le répéte je ne me le suis pas encore infligé (peut-être ne le ferai-je jamais d'ailleurs) donc je n'en parlerai pas.Pour finir je trouve qu'il est dommage de sacrifier son originalité (et les 4 autres membres de son groupe) pour adopter un son qui comme mieux à la bande FM, ce n'est qu'un avis alors il faut le prendre comme tel, mais n'allait surtout pas me dire que passer à la radio à longueur de journée est un gage de qualité, sinon en leurs temps Boris, Jean-pascal, Jean-pierre François, debut de soirée et tant d'autres seraient des stars internationales, or ce n'est pas le cas.

DEVOTIONALL 18/09/2007 18:35

Pour ma part, je pense que chacun a le droit de ses opinions, c'est aussi ça, le but de ce site. donc parfaitement normal que tu défendes LUKE et ce nouvel album, rien à redire. Mais que l'objectivité de certains auditeurs, qui n'ont aucune raison de dénigrer ce groupe, ne soit pas confondue avec de l'ignorance. Ces enfants de Saturne sont vraiments de pâles copies de Noir Désir, avec une évidente volonté de lorgner vers les radios FM et un son pseudo rock indé. 8 sur 10, si tu vois les notes attribuées aux grands albums recensés sur le site, c'est de la folie douce. 5, c'est déjà bien gentil...

maow 18/09/2007 17:58

Pourquoi toujours devoir comparer les albums de rock français avec noir désir? A chaque fois que Luke ou Eiffel (pour ne citer qu'eux) sortent un nouvel opus, et quelle que soit la qualité de celui-ci, des esprits chagrins se mettent en mode "c'était mieux avant" et nous resservent l'argument de la copie du groupe original, sans pour antant prendre la peine de chercher l'identité du groupe dans ses compositions : à vous entendre seul le 1er peintre à avoir fait de l'impressionnisme pourrait prétendre avoir fait des tableaux réussis dans ce mode d'expression? L'histoire de la musique en général (et du rock en particulier) est fait d'inspirations succéssives, chacun rajoutant sa petite touche personnelle pour améliorer ce qui avait déjà été fait auparavant. Et ce nouvel album de Luke ne ressemble pas vraiment à son prédécesseur : plus rock, une 2ème guitare beaucoup plus présente, un album plus dur que le précédent, mais néanmoins très interessant à mon avis.Et a voir l'énergie déployée par le groupe sur cet opus et sur scène, on ne peut douter que leur virage vers un son plus rock est sincère.Je trouve dommage que pour certains un groupe qui vend bien ne peut être que mauvais...Alors certes cet album n'est peut etre pas parfait, mais il mérite vraiment le détour et qu'on le juge pour ce qu'il est, à savoir un bon disque de rock français qui vaut la peine d'être écouté avant d'être jugé trop hativement.Pour moi l'ensemble est cohérent, certaines chansons sont très interessantes, et je l'apprécie de plus en plus au fil des écoutes.N'étant pas un spécialiste des chroniques d'album je ne détaillerai pas chanson par chanson, mais pour l'ensemble "les enfants de Saturne" mérite un 8/10.