Devotionall : La Biographie (2)

Publié le par Maniette

DEVOTIONALL : La BIOGRAPHIE (2)

Les années fac

La dernière année du lucée, puis l'arrivée en faculté, ne sont pas sans douleurs pour Devotionall. Tout d'abord, ses acointances avec certains individus peu recomandables ne font qu'exacerber son coté "obscur", ensuite un malaise latent, une grosse depression en gestation, lui mine encore plus sa faculté de raisonner  "- A l'époque, je fréquentais vraiment des types qu'il aurait mieux valu ignorer, mais c'était indispensable pour maintenir ma réputation au lycée puis en fac. Et comme je deteste être second, et que je désire inconsciemment être le meilleur dans tout ce que je fais, j'ai fini par me mettre dans de sales situations..."

Ce sont deux longues années de paranoia et de malaise existentiel continu, scandées par les ecstas et la cocaine " C'était pas si simple, tout devait se faire exclusivement à l'insu du reste de la famille... cela dit j'ai abandonné la fac en fevrier, je prenais le train mystérieusement chaque jour à 16h pour mon tour de l'après midi, j'avais assez d'argent pour me payer mes bootlegs à 240F, je dormais trois heures par nuit à partir de quatre heures, je pesais 63 kgs et personne ne m'a jamais rien dit et n'a jamais rien vu! J'avais aussi une migraine permanente, une sensation de froiddans la partie gauche, une tachicardie invraissemblable...Je me suis tiré de la fac très tôt, car je n'arrivais plus à suivre le rythme de mes conneries durant la semaine, avant le retour bien gentil le week end..."

Inévitablement le physique finit par craquer, et le 20 juin 1995, Devotionall est saisi d'une violente crise de tétanie, la première pierre d'un calvaire qui va durer trois mois, trois mois sans pouvoir sortir de chez lui. "- En fait, je voulais soigner ma deprime avec des exitants. Quelle bonne idée! J'ai fait la paranoia du siècle, je n'ai pas mis un pied dehors en trois mois, je suis descendu à 58 kilos, ma mère m'apportait même des lingettes pour bébé au lit car je ne pouvais plus me lever, la première semaine. Je me suis fait un sevrage seul, avec comme seule aide la prière. Les crises les plus violentes m'ammenaient à l'hôpital, là on m'injectait la dose massive de tranquillisant, et je repartais chez moi soulagé pour une soirée!"

Pour se relancer, Devotionall s'inscrit par correspondance à la faculté de Lille où il étudiera l'italien, qu'il parle déjà parfaitement depuis très jeune. Un état de santé précaire et des crises fréquentes rendent les premières semaines très difficiles, mais motivé et déterminé, rien ne semble pouvoir plier sa volonté. Coté physique également, des changements s'amorcent. "- Après être rester aussi longtemps enfermé, j'avais perçu la necessité d'un changement radical, mental et physique. J'ai profité du fait que mes cheveux avaient beaucoup poussé durant cet isolement pour adopter un look plus grunge, limite destroy, ce qui correspondait beaucoup mieux à ma personnalité, finalement. En plus, c'était amusant de voir que beaucoup de mes anciennes connaissances ne me reconnaissait plus!"

A Lille, Devotionall redevient le génie qu'il a toujours été, et domine très facilement l'ensemble de ses nouveaux "camarades". C'est là également qu'il rencontrera deux de ses plus fidèls bras droits, Manux et Alex "- Manux est devenu un ami très important, mon meilleur depuis bien longtemps. Nous avons certainement des affinités sur beaucoup de choses, il me ressemble beaucoup, sur certains points. J'aurais pu être un Manux, comme il aurait pu être un Jose, dans d'autres circonstances. Alex est à priori une personne qui rassemble toutes les caractéristiques des gens avec qui l'entente ne peut se faire. Pourtant, c'est vraiment quelqu'un que j'estime et j'apprècie beaucoup, une des rares personnes avec qui je pense pouvoir avoir une vraie discussion sérieuse sans perdre mon temps."

La période de la fac, à Lille, n'est pas prolifique en matière sentimentale. "- Hormis quelques aventures brèves de temps en temps, j'ai connu des moments meilleurs avec les filles. Je suis passé de la période très crue et libertine d'Amiens à une certaine forme d'ascètisme forcé. Disons que ce furent trois années où j'aurais pu faire beaucoup mieux, et je tenais à m'en excuser auprès du public féminin, que je n'ai pas honoré comme il se devait de l'être, du moins  pas assez."

Mais même la fac à ses limites, et Devotionall sent poindre l'envie de changer à nouveau radicalement de vie, d'autant plus que l'entrée dans la vie active est une obligation pesante... ( à suivre )

 

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article