LA FERME DES ANIMAUX

Publié le par DEVOTIONALL

Petit retour sur un des livres les plus interessants qu'il nous ait été donner de lire en plus de trente longues années de lecteur insatiable. Georges Orwell est l'auteur de LA FERME DES ANIMAUX, qui n'a rien à voir avec l'émission de télé réalité autrefois programmée sur TF1, et qui nous offre, à un mois de l'election présidentielle, un heureux rappel sur ce que notre monde de la compétitivité et du travail nous propose au quotidien, pour notre plus grand malheur. Amis travailleurs, lisez.

Travailler toute la journée comme des esclaves pour une maigre gamelle et pourvoir à l'enrichissement de leur maître, tel est le quotidien des animaux de la "ferme du manoir". Mais ce n'est plus possible de trimer ainsi pour si peu de reconnaissance. Le vieux cochon "Sage l'ancien" l'a prédit, un soulèvement délivrera les animaux du joug des humains. Tel un Besancenot réagissant au quart de tour après avoir perdu la moitié de son courrier durant sa tournée, ou une Marie George Buffet  à qui ont viendrait de préférer un autre candidat comuniste, ça va chauffer, et pour de bon. Les animaux ne vont donc plus se laisser faire et prennent ce qui leur est du en chassant tout humain de la ferme. Amis travailleurs, prenez en de la graine.

A présent les animaux travaillent pour eux, ils consomment les fruit de leur labeur, leur nouvelle vie leur convient parfaitement. Ils sont heureux. Mais voilà que les cochons qui ont acquis la connaissance en apprenant à lire, écrire, réfléchir  vont se croire supérieurs et vont chercher à améliorer sans cesse leur condition et augmenter leur pouvoir. Ils veulent aller toujours plus loin, ils en ont toujours besoin de plus, plus de production, moins de consommation pour plus d'investissement et d'enrichissement pour leur propre compte. Toute ressemblance avec un corps social particulier ou les grandes compagnies qui régissent notre économie est bien sur tout saut fortuite : le confort des nantis se contruit toujours sur l'indigence de la main d'oeuvre, de ces laissez pour compte de l'économie de marché qui s'enterrent dans les tristes tours de banlieues : au moins les animaux vivent ils au grand air, à la ferme!

Pour y arriver, les cochons vont utiliser leur savoir parler afin d'embrouiller l'esprit des autres animaux. Ceux-ci devenant de plus en plus perdus se laissent manipuler en toute confiance. Lorsque cependant, l'excès de pouvoir des cochons devient intolérable, les animaux sont terrorisés par des exécutions faciles, par des mensonges. On tombe alors dans l'horreur. Au temps des humains, leur sort n'était pas enviable, mais au temps des cochons, c'était une période d'atrocité en raison de leur soif de pouvoir. On est proche, ici, du régime fasciste ou nazi, qui prit en otage les mêmes qui avaient peut être voté avec bonne foi pour ces idéologies au départ. Cela pourrait bien être la situation française sous notre probable futur président hongrois, rappelons le.

George Orwell utilise les animaux pour pointer du doigt le régime des grandes dictatures mondiales. Tout cela fait penser aux histoires de Goupil et Renard qui caricaturaient la société noble française de l'époque. Un bon moyen de dénoncer sans choquer car il y a ceux qui voient le roman humoristique et qui restent à la surface du livre et ceux qui remarquent l'humour grinçant du livre. Et il y a ceux, comme les élèves d'aujourd'hui, qui n'achétent pas le livre, car de toutes façons, pour leurs exposés, il reste le fameux copier coller de Wikipedia. C'est bien entendu un livre très impressionnant et interpellant, tout comme "1984". L'auteur a su rentrer finement dans le caractère, les enjeux, la naiveté, le vice des différents personnages, et rendre l'ensemble de la communauté animale très attachante. On imagine bien, finalement, José Bové débarquant chez Orwell pour instituer son régime dictatorial du peuple et arracher le maïs transgénique de la ferme voisine, qui ne manquerait pas de pousser en 2007. Finalement, ce livre est encore bien plus passionant que la campagne présidentielle acteulle, tiens! Accordez vous une pose lecture avant d'aller plonger un bulletin dans l'urne!

 

Un petit lien pour terminer, pour tous ceux qui souhaitent retrouver l'energie des U2 en live. Les bootlegs semblent interdit de cité sur le net, recemment, mais voici qu'un blog très bien fourni jaillit de nul part et nous offre de nombreux concerts, notamment du mythique Zoo TV tour, souvent de très bonne facture ( Dublin, le meilleur, avec Washington ). Tout ceci est-il bien légal? Faîtes un saut ICI

 

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article