I'M FROM BARCELONA : Même pas vrai!

Publié le par DEVOTIONALL

I'm from Barcelona, venez donc me voir en Espagne pour les vacances, on se fera une bonne paella avant d'aller sur les ramblas. Grosse erreur à ne pas commettre! Derrière ce pseudonyme aguicheur se cache une formation scandinave, ce qui fait que vous allez pouvoir vous épargner la crème solaire et les lunettes de soleil. Fieffés menteurs, les I’m From Barcelona proviennent de Suède, patrie des paladins les plus improbables, Jens Lekman en tête. Leur nom n’a donc pas vraiment de rapport avec la capitale catalane, si ce n’est peut-être un cousinage avec l’excentricité et la démesure d’Antoni Gaudi, le célèbre architecte qui a façonné la ville. Et encore, c'est tiré par les cheveux.

« Aucun de nous ne savait que nous pourrions devenir un groupe »

Cette phrase inscrite sur le livret résume bien l’aventure incroyable du collectif nordique. Dans son petit appartement de Jönköping, Emanuel Lundgren organise des fêtes en « gros » comité. Lorsque les bouteilles de vin sont vides, il invite ses convives à taper le bœuf sur ses propres compositions. Une poignée de morceaux découlent de ces sessions improbables et de ce fait, un concert d’adieux est organisé avec les 29 participants au complet. Mais il est déjà trop tard, le buzz s’est répandu comme une traînée de poudre. Sitôt signé chez EMI Suède, leur premier EP Don’t Give Up On Your Dreams, Buddy ! paraît début 2006. Neuf mois plus tard, le succès de leur kitschissime vidéo diffusée sur Youtube leur assure une renommée planétaire. Internet a encore frappé! ( ça ne vous rappelle pas notre radio, tout ça? )

Les présentations faites, Let Me Introduce My Friends offre à côtoyer une bien déconcertante chorale..  Chez I’m From Barcelona règne une ambiance de classe primaire. Les harmonies vocales concentrées autour du chanteur Emanuel Lundgren s’en rapprochent d’ailleurs fréquemment (“Barcelona Loves You” et désormais classique “We’re From Barcelona” ). N’importe qui peut participer aux activités, peu importe que vous soyez musicien ou non, pourvu que vous ayez la bonne vibration et sachiez taper des mains et des pieds. Les plus expérimentés peuvent occasionnellement tâter du Kazoo, du Banjo, mélodica, accordéon, flûte, clarinette, ou un orgue désaccordé (mais cédé gratuitement stipulent les crédits). C'est une fanfare, plus qu'un groupe, dans le pur esprit des groupes Erasmus qui partent glander aux frais de l'Etat pendant un an sous couvert d'aller bosser ( un tout petit peu ) en fac.

Au croisement géomusical entre les Papas Fritas et Jens Lekman, IFB scande la joie de vivre et les fleurs qui poussent. Mais attention, derrière ses traits mignons, il est surprenant de constater à quel point leur frénésie peut par éclairs rivaliser avec les canadiens d’Arcade Fire (le pétaradant “Collection Of Stamps”). Cette fanfare aux allures faussement dissipées évite contre toute attente les sorties de route spectaculaires grâce à une écriture rigoureuse. En dépit d’une maîtrise vocale imparfaite, IFB ne manque pas de ressources et semble prendre un malin plaisir à bigarrer son régiment de chœurs : (le frissonnant “Ola Kala” et ses vocaux virils). En tant que chef d’orchestre de campagne, Emanuel Lundgren est le principal compositeur mais se charge également d’enregistrer, produire, et mixer toutes les bandes qui passent entre ses mains. Sa voix, qui est la seule distincte du projet, n’est guère exceptionnelle, mais son sens de l’arrangement est généralement enthousiasmant. L’union fait la force, comme on dit...

Au final, donc, encore une bien bonne surprise en provenance des fjords et du froid scandinave : si faire de la musique permet de réchauffer les esprits, alors oui, il faudra craindre le réchauffement climatique, et profitez en attendant de ce qui nous tombe sous les oreilles! Il ne sont pas de Barcelona, mais c'est assez caliente pour passerune heure bien sympathique! (6,5/10)

La Scandinavie bucolique...

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article