CAPTAIN AMERICA EST MORT (Blazers 64)

Publié le par DEVOTIONALL

La nouvelle est tombée, effarante, angoissante, mais vraie : Captain America est mort, le 7 mars 2007, en sortant du palais de Justice. Dans l’Amérique de George W. Bush et de Jack Bauer, il semblait ne plus trouver sa place.

 

Quand un pays commence à tuer ses super-héros, c’est bien que quelque chose ne tourne pas rond. D’accord ce n’est que de la bande dessinée, mais bon, Captain America, le personnage créé en mars 1941 par Joe Simon et Jack Kirby pour lutter contre le fascisme et le nazisme, est mort mercredi 7 mars, tombé sous les balles d’un sniper, qui plus est. Il avait 66 ans, mais une période de sa vie passée en hibernation dans un bloc de glace dérivant dans les eaux de l'Atlantique ( sic ) avait maintenu ce papy résistant en grande forme physique. Sans oublier le fameux sérum du super soldat qui courait dans ses veines et lui donnait ce tonus eblouissant : Oui, pris à la lettre, Cap America était donc aussi un junkie ( comme expliqué brillament dans le superbe arc narratif Streets of poison, des années 90's. )

Captain America était le symbole d’une Amérique qui se bat, habillé dans le drapeau américain, pour la défense du droit, des libertés et de la démocratie contre Hitler et son”super méchant” Red Skull. Dans l’Amérique de George W. Bush, du terrorisme islamiste et du libéralisme triomphant, il avait fini par prendre un sacré coup de pompe. Récemment, visitant Guantanamo, dégoûté par ce qu’il a vu, il s’est demandé s’il ne devait pas s’emparer du général commandant la base américaine et le balancer dans l’océan. Dans les derniers épisodes de ses aventures, il se battait contre des forces, qui au sein du gouvernement, violent les libertés individuelles. Captain america avait fini par ouvrir les yeux ( et ceux des lecteurs ) sur un système corrompu : un sniper en est donc ( quelle parabole ! ) venu à bout...

Captain America, c’était Steve Rogers, un jeune Américain maigrelet, pas vraiment bon pour le service mais désirant participer à la guerre contre les nazis. Pour se faire incorporer, il se fait injecter le “sérum du super-soldat” et devient le combattant dont son pays a besoin. Après la guerre, les ventes de Captain America chutent, la série est stoppée en 1949. Il réapparaît dans la série Avengers, en 1964, après avoir été retrouvé congelé dans un bloc de glace où il était coincé depuis la fin de la guerre. Depuis sa création, environ 210 millions d’exemplaire des aventures de Captain America ont été vendus par Marvel.

L'Amérique s'incline  : du sang sur les marches du tribunal...

Cette mort est une petite claque pour Joe Simon, 93 ans :”Nous avons vraiment besoin de lui en ce moment”, a-t-il déclaré, après l’annonce de la mort du héros. Il n’est pas impossible, cependant, qu’il revienne, un jour : Marvel travaillerait à la réalisation d’un film tiré de ses aventures. Ça, c’est une des magies de l’Amérique, le génie du suspense allié à la puissance du marketing. Sans oublier la question qui brûle la langue de millions de lecteurs : A quand et comment la résurrection dans le comics mensuel? Est ce vraiment la fin du titre? Ou bien apprendra t'on bientôt qu'il s'agissait du clone de Captain America et que ce dernier travaille toujours chez Mac Do en catimini, dans une bourgade perdue du Wyoming? Que de suspens... l'émotion nous étreint. Drapeaux en berne, l'Amerique vient de perdre un de ses derniers idéalistes. Quand ou vous rabache sur ce blog, et sur notre radio, qu'après civil War, plus rien ne sera jamais comme avant dans le petit monde des comics Marvel...

                                    Les Blazers sont à la peine pour finir la saison sans réelle motivation. En face, les Pistons, meilleure équipe à l'Est en déplacement, se sont imposés au Rose Garden en démontrant une cohésion et un jeu défensif impressionant. L'ex Rasheed Wallace a donc pu revoir Portland avec le sourire sur les lèvres, ce qui n'a pas empêché Zach Randolph de marquer un nouveau double double, ni LaMarcus Aldridge d'en faire autant, son second en 48 heures. Il va falloir sérieusement se remotiver, tout de même, pour les prochaines rencontres.

Les Pistons sont trop forts pour les blazers

PORTLAND - DETROIT   75 - 87

PTS : HAMILTON (Det) et RANDOLPH   21

RBS : RANDOLPH   11

ASS : BILLUPS (Det)   9

Bilan : 26 V   38 D

Publié dans Blazers

Commenter cet article