LA MODE DU POKER - Comme un château de cartes

Publié le par DEVOTIONALL

Pour une fois, laissons ouvrir leFfigaro ouvrir cet article, quotidien français dont la mission essentielle, en ce moment, consiste à tenter de faire élire un petit hongrois enervé à la présidence de la République. LES CHAÎNES abattent leurs cartes. Après Paris Première, Canal +, Eurosport, RTL 9, Jet TV, c’est au tour de Direct 8 de proposer, vendredi prochain, une compétition de poker ouverte, pour la première fois en France, aux anonymes, avec à la clef un chèque de 25000 euros. TF1 serait aussi sur le point de céder à la tentation en organisant un tournoi diffusé en troisième partie de soirée. Pour l’heure, Canal+ s’impose comme la chaîne officielle du jeu grâce à son consultant Patrick Bruel, commentateur avec Denis Balbir du « World Poker Tour ». La chaîne lui consacre d’ailleurs ce dimanche un documentaire, Bruel, lost in Las Vegas, qui le présente durant une épreuve majeure du championnat du monde.

Tout d'abord que Bruel délaisse pour un temps la chansonnette, pour se réfugier dans les jeux de hasard, ce n'est pas un mal. Cela nous évite un futur nouvel album, nos oreilles étant sorties indemnes du dernier pour le seul et unique motif que les ventes sont restées confidentielles. Voici dont l'ex caniche à la voix cassée intronisé grand gourou du dernier phénomène de mode massif, le poker. Vous pensiez que la télévision n'était globalement qu'une prostituée facile, toujours prête à se vendre pour une passe de plus que la concurrente directe : vous aviez tout bon. Retransmettre un tournoi de poker, ça coûte quand même bien moins cher que produire un bon film ou un bon documentaire, voire diffuser un événement sportif : quelques cameras de ci de la, deux gogos au micro ( un commentateur attitré pour maintenir le spectateur éveillé, un pseudo consultant roi des circuits pour un soupçon de crédibilité ), et le tour est joué. Certes, hormi quelques acharnés pur et dur, on s'y ennuie profondément, et l'interêt est plus ou moins identique aux tournois de rubrick's cube en direct sur Tele Nostalgie. Beaucoup plus passionant, au coeur de la nuit, la coupe du monde de branlette à mains alternées, sur XXL, où chaque participant paye de sa personne comme nul part ailleurs, même si le jeu est assez associal, en fin de compte.

Dans le poker, l'habileté compte, tout comme la mémoire, ou la psychologie ( si si, ce n'est pas des blagues), mais fondamentalement, et c'est la que la bat blesse, c'est un jeu de hasard. L'Etat français en interdit d'ailleurs tous tournois privés, mais encourage sa diffusion sur les chaînes du petit ecran. En fait, il faut connaître les probabilités pour devenir un bon joueur, mais là encore, les probabilités se réfèrent au domaine de l'impondérable. La grande question qu'il convient de se poser, c'est pourquoi ce jeu est devenu autant à la mode? Jouer au poker, c'est comme collectionner les pins en 1995, porter des smileys dans les années 80, ou se découvrir une vocation subite de grand résistant fin 1945 : un phénomène de mode, l'illusion de chevaucher la grande vague du moment, l'ivresse du surfer devant le rouleau menaçant. Dans quelques années, il ne restera probablement que quelques gouttelettes de ci , de la, et les français s'adonneront aux joies du Cluedo ou du jeu des sept familles. On imagine déjà Eurosport retransmettant la coupe du monde du jeu de bidet ou TF1 investissant dans la coupe de France de bowling juste après la vingtième saison de la Star Academy.

Cela dit en passant, ce blog n'a rien contre, ni rien pour le poker. Ici, on préfère le billard. Mais nous sommes tout de même passablement irrités par la docilité et la servitude des médias télévisuels qui exploitent chaque bassesse culturelle momentanée pour en faire un phénomène médiatique. Et si en plus ça coûte pas cher et ça peut rapporter gros, c'est vite l'inflation. A tous les accros du poker retransmis, nous ne saurions toutefois que rappeller le cruel destin du catch sur Canal plus. Et de toutes façons, il suffit de survoler les programmes electoraux des candidats à la présidence, et d'écouter les doléances des classes moyennes, pour comprendre qu'il n'y aura bientôt plus grand chose à miser sur le tapis vert. Saut bien sur chez Lelay ou De Carolis, où la surenchère est quotidienne, et les adeptes toujours aussi endoctrinés.

                                                                             ******************

 

Quelque peu hors sujet, mais nous ne pouvions reculer devant une telle exclusivité pour ce blog : Michael Jackson est au travail sur son prochain album, celui du grand retour. Il a enregistré déjà quelques morceaux, et travaille désormais à se forger un nouveau look pour le visuel de sa nouvelle production. On le voit ici en pleine hésitation existentielle. Comme disait Bono en entonant les premières notes de Bad, durant le ZooTV tour : It's for you Michael, i don't believe you're bad...


Publié dans devotionall

Commenter cet article

eddy 02/03/2007 00:58

rappelons aussi au passage que s'il est passé spécialiste dans l'analyse et le commentaire de poker sur canal, patrick bruel n'en reste pas moins n joueur acceptable mais sans plus. Bien sûr on ne reviendra pas sur son auto proclamation de champion du monde de poker (si si souvenez vous c'était il ya quelques années, au temps où personne ne s'interessait au poker) et sur ces récents déboirs dès les premières journées des tournois les plus prestigieux. Finalement en faisant commentez le poker a Patrick Bruel c'est comme si une chaine de télévision demandait à Franck leboeuf de commenter du foot (souvenez vous que le dit personnage prétend aussi être champion du monde dans son ancienne discipline). En même temps qui connaît une vedette du poker en France ??? Et puis Denis Balbir n'est-il pas l'homme complémentaire (et à tout faire) de canal + pour accompagner le sieur Bruel ??? Voilà bien des questions auxquelles vous n'aurez pas de réponse. Bonne nuit !