Blazers 53 : Chroniques en vrac

Publié le par DEVOTIONALL

Le journal des culturés présente :

Chrnoiques en vrac ( The Fall, Pop Levi, Bracken )

Les revoila, toujours aussi enervés et tendus de la guitare : Mark E.Smith et sa femme, les deux mentors du groupe mancunien THE FALL, signe en ce doux mois de février un nouvel album ( le centième, si on compte toutes les parutions officielles ou non, promues par le groupe ) sans aucune concession au temps et à l'économie de marché. Les libéraux n'apprécieront pas, mais les amoureux du post punk retrouveront l'ardeur de leurs vingt ans, avec ces musiciens qui ont fêté recemment leur trente ans d'activité, excusez du peu. Batterie metronomique qui vient marteler des mélodies simplistes embrasées par des guitares sérieusement remontées : la vieille recette de Smith ( pas Robert, l'autre... ) est encore applicable en 2007, et c'est tant mieux. On l'imagine bien enregister un morceau entre deux bieres decapsulées avec les dents et un sandwich au porridge. Reformation, c'est le titre de l'album, est un album sincère, sans surprises, avec cependant un bémol pour les derniers morceaux, qui bifurquent trop vers l'abstrait incohérent.(6/10)

Pop Levi a mené ce qu’on pourrait appeler une vie "mélodique". Depuis l’enfance, sa vie a tourné autour de la musique. Il débute le piano à 3 ans, rejoint une chorale de gospel à 7 ans, et commence à collectionner des disques à 9 ans juste avant d’écrire sa première chanson. C’est un début précoce pour un artiste qui se révèle être un prodige.
Cet anglais de naissance, multi-instrumentiste basé à Los Angeles, était un des membres fondateurs du collectif de rock avant-gardiste Super Numeri avant de s’embarquer dans une tournée mondiale en tant que bassiste avec les pionniers de l’electro, Ladytron. L’album, The Return To From Black Magick Party, décrit par Levi comme étant "un tourbillon vraiment bizarre de sons classiques" a été mixé par Thorn Monahan, le producteur de
Devendra
Banhart, et sa sortie est annoncé par un buzz prometteur, par la presse sépcialisée.On y retrouve des délires electro foutraques en tous genres, un patchwork psychédélique et hypnotique à n'en plus savoir où donner de la tête.Lancinant, entêtant, dur de résister et de ne pas se laisser prendre au jeu. Pendant ce temps, Levi et son groupe ont ébloui les publics avec leur chant soul et leur festival pyrotechnique de guitares, aussi bien à Los Angeles qu’au Royaume-Uni, et ont pour projet de retourner en Grande Bretagne en Août pour quelques dates. (7/10)

Vous connaissez peut être Hood, ce groupe qui a fait de la mélancolie froide et dure son credo existentiel? Son chanteur, Chris Adams, tente une sortie en solo, sous le pseudonyme de Bracken. We know about the nedd construit son charme sur l'art de se faire oppressant, mais adictif. La voix est très présente et interpénètre totalement les nappes synthétiques qui flottent sur tous les morceaux. Il est probable que sur certains morceaux, des groupes comme Boards of Canada finiront par vous venir à l'esprit. Four Thousand Style est un morceau malin comme un singe dont la mélodie repose entièrement sur la bravoure d'un clavecin. Et sur le morceau suivant ( Many horses ) c'est au tour d'un piano ethéré et d'une petite clarinette de venir titiller l'auditeur. De multiples facettes et ressources instrumentales, toutes mises au service de la glaciale maîtrise de ce projet inattendu. Ecouter Bracken c'est un peu comme marcher sur la neige à pieds nus et aimer ça. (6,5/10)

Bracken "We know about the need"

                                                                      Les Blazers ont chuté cette nuit face au champion en titre, à Miami, mais ont toutefois fait jeu égal avec les Heat jusqu'à l'entame du dernier quart temps. Là, trop de pertes de balles, et surtout le grand show de Dwayne Wade ( 16 points sur 35 dans les douze dernières minutes ) ont signé la capitulation d'une équipe qui n'a pas démérité, et qui continue de montrer de bonnes choses, même lors des défaites, comme cette nuit. A noter les 14 blocks réussis par les hommes de Pat Riley, qui ont joué avec plus d'agressivité et de force physique que ceux de coach Mac Millan. Pendant ce temps, les blessures s'accumulent en vue du prochain all Star Game, mais toujours pas de Zach Randolph parmi les heureux élus. A noter que nous sommes à quelques jours de la date limite des echanges en NBA, et que personne n'a encore manifesté un interet concret pour Magloire, que les dirigeants cherchent toujours à "placer" à qui en voudra bien!

Wade trop fort pour être contenu

MIAMI - PORTLAND   104 - 85

PTS : WADE (Mia )   35

RBS : POSEY (Mia)   8

ASS : WADE (Mia) et JACK   5

Bilan : 22V   31D

Publié dans Blazers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article