NUIT AU MUSEE

Publié le par DEVOTIONALL

Ne nous racontons pas d'histoire : LA NUIT AU MUSEE n'a rien du film de l'année, ni de la comédie qui va relancer et renouveller le genre à l'ecran. Ben Stiller, n'en déplaise à certains critiques, n'est pas le De Funès américain ni même le nouveau Jerry Lewis, ce trublion que tout ce qui n'est pas yankee ne peut réellement comprendre: lui est bien plus universel et consensuel. Mais dans un souci de vérité, rendons à César ce qui lui appartient : ce film n'est pas le nanard promis. Vous voilà soulagés?

- En fait, on ne va pas voir La nuit au musée pour assister à une leçon de cinéma. Une fois cette idée acceptée, on passe un agréable moment devant ce divertissement familial programmé à l’occasion des vacances de février.

Autant le dire tout de suite, ce film est une très bonne surprise. Bourrée de bonnes idées, originale et drôle, cette Nuit au musée parvient à nous faire passer un agréable moment. Le scénario, bien qu’on ne peut plus prévisible (le gardien ne pense pas être fait pour ce travail compte tenu de ce qui se passe la nuit dans le musée au début du film, puis finit par s’y faire et même à redonner aux habitants l’envie d’aller visiter ce Musée d’histoire naturelle), retient notre attention et nous ennui rarement (seulement quelques petits temps morts de temps à autres). La nuit au musée possède également sont lot de bonnes trouvailles (le dinosaure au comportement de chien) et de scènes hilarantes (Owen Wilson, excellent en soldat du Far West miniature, fait sourire à chacune de ses apparitions).

Et pourtant, le film partait avec un gros handicap : Shawn Levy. Le réalisateur de 13 à la douzaine et de La panthère rose (version 2006) n’avait jusqu’à présent signé que des navets fumants. Avec La nuit au musée, il réussit enfin à livrer un film de qualité acceptable, dans lequel les effets spéciaux, abondants, sont impressionnants. Lorsque le musée s’anime, qu’animaux et personnages historiques prennent vie, on se rend compte de la prouesse réalisée par les créateurs de ces effets visuels. La nuit au musée est un film ludique et instructif : en racontant les grandes lignes de la vie des protagonistes exposés dans ce musée d’histoire naturelle, le film dispose en effet d’un côté historique (certes pas vraiment développé, mais) qui le rend un peu plus intelligent que les autres divertissement familiaux que l’on peut voir régulièrement.

Le film ressemble beaucoup à Jumanji (mêmes créatures présentes…), mais ne souffre cependant jamais de la comparaison. Dans le rôle principal, Ben Stiller est très à l’aise, évitant d’en faire des tonnes. La nuit au musée est d’ailleurs de plus grande qualité que les comédies dans lesquelles on a l’habitude de voir le comique, telles que Zoolander ou Mon beau-père, mes parents et moi. Mais ce sont les seconds rôles qui sont les plus convaincants dans ce film : outre l’excellente partition d’Owen Wilson, Robbin Williams est très convaincant en Théodore Roosevelt et Ricky Gervais est hilarant en directeur de musée ayant du mal à s’exprimer.

Si certains gags du film sont un peu lourds (comme le concours de baffes entre Stiller et un singe du musée), La nuit au musée, dynamique et jamais redondant, réussit pleinement sa mission : divertir le grand public. ( merci à Pulp PL )

Vous l'aurez compris, un divertissement sans grande prétention, proche plutôt, selon nous, de Toy Story, avec ses séances d'animations particulièrement réussies. Rien de transcendental, mais de quoi faire (sou)rire pendant une heure trente, ce qui n'est déjà pas si mal, après tout (6,5/10)

 

Poster Une nuit au musée

Publié dans devotionall

Commenter cet article