Blazers 51 : DECIMATION - Du ménage chez les mutants

Publié le par DEVOTIONALL

En route vers Civil War (suite) : Decimation

L'étape successive, dans l'approche à la civil War de Marvel, et après la crise de House of M, était fondé fondé sur le concept qu'un paquet de mutants ont perdu leurs pouvoirs par la faute de Scarlet Witch. Comme il faut bien que la série X-men perdure, l'événement n'a pas frappé tout le monde. Ainsi assiste t'on à une véritable selection des mutants rescapés, les quelques élus sauvés par les pontes de la Marvel. Parmi les victimes sacrificielles, quelques poids lourds, genre Magneto ou Xavier. Mais aussi un paquet de seconds, voire troisièmes couteaux. J'ignore par exemple totalement qui sont Longneck et Postman.

Ce qui est plus amusant, c'est que la catégorie "pouvoirs mutants" est quand même un gros fourre-tout. Il n'y a pas grand-chose de commun entre les pouvoirs de Beak (qui pouvait vaguement voleter avec ses bras emplummés, la dernière fois que je l'ai vu) et ceux du professeur X, totalement mentaux. Si l'on supprime les pouvoirs de Xavier, okay, c'est simple, il redevient un chauve en fauteuil roulant, ce qu'il était déjà. Il perd juste ses prodigieuses capacités télépathiques. Dans le cas d'un mutant dont les "pouvoirs" sont avant tout liés à des modifications physiques visibles, ça devient plus délicat : Beak devient-il un beau garçon ? Angel perd-il ses ailes ? Et s'ils ne perdent pas leurs ailes, alors leur pouvoir de voler reste intact. Et dans le cas d'un personnage comme Doug Ramsay (non concerné par Decimation, je crois qu'il est toujours mort), sa capacité à apprendre des langages et des codes, présentée comme un "pouvoir" serait-elle affectée, sachant qu'elle fait quand même partie de son mode de vision du monde et de sa personnalité.

En soi, la catégorie "pouvoir mutant" s'avère problématique.

C''était déjà un problème, d'ailleurs, quand les méchants Génoshéens employaient des appareils pour contrer les pouvoirs de leurs adversaires, ou quand Rogue absorbait les pouvoirs des autres. Quand Rogue absorbe Tornade, elle fait pleuvoir et elle balance des éclairs. Mais quand elle absorbe Wolverine, aborbe-t-elle juste son pouvoir guérisseur, ou bien ses griffes en prime ? De fait, les griffes sont elles-mêmes un pouvoir mutant, puisque les scénaristes ayant travaillé sur les origines du personnages ont été imaginer qu'il les avait déjà avant de participer au programme Weapon X. Le coeur du problème, c'est que dans X Men, la condition de mutant est liée à l'expression du gène Facteur X. Un mouton à 5 pattes de Tchernobyl n'est pas, dans l'univers Marvel, considéré comme un mutant à part entière. Le concept était peut-être intéressant quand les X Men ont été créés (y'a plus de quarante ans, quand même) (mais j'ignore quand a été posée la notion de Facteur X, sans doute un peu plus tard), mais la génétique a fait quand même quelques progrès. D'autant qu'au départ, Stan Lee voyait ce sujet comme la conséquence de l'ère atomique et des radiations. Dans le concept actuel, les Mutants dotés du Facteur X sont l'espèce censée succéder à l'homo sapiens dans l'évolution, une mutation pas forcément fortuite, donc (si l'on considère que les Celestials ont posé les bases et les règles de l'évolution sur Terre), qui n'a alors rien à voir avec les radiations qui tapent un peu au petit bonheur la chance.

En théorie, inhiber l'expression du gène Facteur X devrait bloquer les pouvoirs. C'est simple et logique. Sauf qu'un seul gène ne suffit pas à expliquer tout. Il n'y a pas UN gène de la couleur de peau, c'est une combinaison de facteurs. Ni Un gène du don des langues (même si on peut imaginer qu'une judicieuse combinaison de gènes peut renforcer la puissance des aires du cerveau liées au langage). On peut à la rigueur imaginer un gène de la télépathie, qui pourrait être une sensibilité aux champs électromagnétiques émis par le cerveau, auquel cas les pouvoirs de Xavier et de Magneto viendraient de la même source. Mais dans le cas des ailes d'Angel, il faut de toute façon plusieurs gènes. Si l'apparition de bras et ailes sont déterminés, chez les vertébrés supérieurs, par un même gène architecte (qui contrôle semble-t-il aussi la structure des jambes), la façon dont leurs parties se structurent est liée à plusieurs dizaines de gènes qui vont accélérer la croissance de tel os, stopper net celle de tel autre, etc... Et ne parlons pas des plumes, un casse-tête incroyable pas encore totalement résolu (mais le séquençage du génôme de la poule nous aidera peut-être à en percer le secret). Il peut s'avérer utile de rappeler au passage que chaque gène ne fait que produire une protéine, qui sera utilisée ensuite par l'organisme (pour se construire lui-même, ou pour contrôler d'autres gènes, c'est un bordel sans nom).

Détail réjouissant, la technologie Cerebro et ses dérivés, crée par Xavier, détecte les pouvoirs mutants à la source, donc au niveau de l'expression du fameux gène Facteur X. Comment ? Ça c'est un mystère. Parce que détecter à distance l'expression d'un gène quelconque, ça on sait pas faire. Quand on voit la complexité de la procédure permettant de déterminer si Yves Montand (Mutand ou pas Mutand, personne n'en sais rien, ça aurait moins marché avec Albert de Monaco, cette tentative de calembour.) est bien le père de quelqu'un, on ne peut que rester admiratif en regardant les X-Men détecter à distance leurs futurs alliés, protégés et adversaires. ( merci à Nikolavitch pour cet article )



Tout cela pour dire que bref... Rendre de simples homo sapiens la grande majorité des mutants, cela fut juste un pretexte pour annuler l'oeuvre de Grant Morrison, qui avait fait de la série New X-men une passionante saga, où les mutants étaient devenus des êtres beaucoup plus cool, presque recherchés, et imités, et surtout, omniprésents ( des millions ) à la surface du globe. La Marvel ayant décidé de renouer avec le concept de base ( peu de mutants, tous en proie à la ségrégation ) Decimation est donc venu faire le ménage, sans que cette sage puisse être vraiment considéré une grande réussite. Pas assez exploité, avec cependant un bon spin off, centré autour de Quicksilver, le fils de Magneto : SON OF M, ce qui laisse déjà suggéré, au niveau du titr", de la moralité du personnage.

Vous pouvez acquérir ICI DECIMATION - X-men, et ICI le SON OF M en question, bien plus jouissif.

                                                  Encore une prolongation, cette nuit, pour les Blazers. Mais cette fois, elle se termine par un succès à l'extérieur à Charlotte. L'occasion de rappeller à quel point avoir exclu Randolph du prochain All star game est une idiotie profonde : avec 40 points et une présence remarquable, Zach a encore, à lui seul ou presque, posé les jalons de la victoire. Jarret Jack a bien sur donné sa contribution avec 9 passes décisives : sans oublier 12 points dans la prolongation; histoire de démontrer à tous ses nombreux detracteurs que sa place de titulaire à Portland n'est pas usurpé. Au final, la sensation que cette équipe, chaque fois qu'elle affronte un adversaire à sa portée, joue avec sérieux et dédiction. Rien d'étonnant que les Blazers aient ce matin le même nombre de victoires que l'an passé, mais en fin de saison. Il reste encore 2 mois pour améliorer le bilan!

La prolongation, c'est le Jarret Jack time!

CHARLOTTE - PORTLAND   100 - 108 (OT)

PTS : RANDOLPH   40

RBS : WALLACE.G (Cha)   15

ASS : JACK   9

Bilan : 21V   30D

Publié dans Blazers

Commenter cet article