L'atelier des peinturiers : Le printemps

Publié le par Devotionall

LE PRINTEMPS de Sandro BOTTICELLI

Franchement, se mettre crayon en main derrière une feuille de papier, ou une toile, et tenter d'y représenter une saison, un concept bien abstrait, ce n'est pas une sinécure, vous en conviendrez. Saut qu'autrefois, par le jeu du symbolisme et des allégories, les artistes avaient à leur disposition toute une panoplie de possibilités, tout un langage codé que dans notre ignorance, nous avons perdu. Botticelli nous en met donc plein la vue, dans une oeuvre majeure.

Botticelli a peint cette oeuvre à la cour de Lorent le Magnifique, de la grande famille florentine des Médicis; autrement dit cette oeuvre est un héritage de la culture classique et humaniste. Toutefois il s'agissait d'une commande pour le cousin homonyme du Magnifique. Sur ce tableau, de nombreux personnages mythologiques sont invités : Mercure ( aux pieds ailés ), les trois grâces ( et non pas grasses ! ) qui exécutent une danse gracieuse, Venus ( au centre du tableau, rappellez vous notre avertissement, la fois précédente ), Cupidon ( et ses dards malicieux ), Flore ( la donzelle qui répand des pétales de fleur ), la nymphe Cloris ( qui subit ici un rapt ), ainsi que le vent Zephir. Les visages sont inspirés de personnes célèbres de l'époque, ainsi l'une des grâces à les traits de Caterina Sforza.

Le printemps, donc la saison du renouveau, ici représentée presque sous la forme d'une bande dessinée primitive. Sur ce tableau sont peintes plus de 500 espèces de fleurs différentes, aux pieds des personnages, notamment. La scène du rapt, sur la droite, est empreinte de sensualité et d'effroi, sans pour autant perdre de son mystère. Quand au vrai sens a donné au tableau, qui ne saurait être celui de simplement représenter le printemps, aucun critique ne détient la vérité, et les conjectures sont nombreuses. Ce tableau, de grande dimension, fait partie de la série d'oeuvres myhtologiques de Sandro Botticelli, grand maître florentin du XV° siècle. Il fut le grand artisan de la grâce dans la peinture, de l'exquise représentation des sentiments, et a travaillé à la cour neo platonicienne de Laurent Le Magnifique, le mécène de la renaissance. Les pièces de dix centimes d'euro italiennes représentent d'ailleurs un détail d'une autre oeuvre capitale de Botticelli, La naissance de Venus.

Si vous désirez voir ce tableau, vous devrez vous rendre au Musée des Offices de Florence, et absolument reserver à l'avance, si vous ne voulez pas affronter une file d'attente dantesque.

Publié dans devotionall

Commenter cet article