Blazers 31 et 32 : Halte au bruit!

Publié le par Devotionall

Vous savez ce qu'est un Best of, n'est ce pas?

Quand les différentes chaines de télévision, à court d'imagination, et pour laisser les présentateurs vedettes se prélasser au soleil des Maldives grace à l'argent de la redevance, décident de rediffuser le meilleur des programmes de l'année écoulée. Ce blog suivra donc la tendance pendant trois ou quatre jours, histoire de rafraichir la méemoire à certains, ou mettre à jour les petits nouveaux. Votre serviteur est encore en vacances

Retour le 6 décembre 2005, avec un petit papier rapide sur le bruit, ce fléau des temps modernes. Depuis c'est encore pire : je me suis découvert une haine féroce pour les sonneries de portable et les abrutis qui regardent des dvd sans casque dans les Tgv. Taisez vous tous, je ne veux plus vous entendre!

                                             Les salles de jeux dans lesquelles je vais parfois m'illustrer au billard sont invariablement hyper bruyantes, une orgie injustifiée de décibels.

Cela est assez surprenant : que ce soit les joueurs de billards ou bien ceux du bowling, dans tous les cas on pourrait penser qu'un minimum de concentration est nécessaire pour bien jouer, et qu'un vacarme assourdissant n'est pas le fond sonore le plus adéquat, dans ce cas. Certes, mais ce serait oublier le public que la salle de jeux se doit d'aguicher, et à qui elle s'adresse racoleusement : les Djeun's, les rebelles en culottes courtes, les 15-25 ans.

Car pour être jeune, aujourd'hui, il faut avant tout vivre et aimer ce qui devrait caractériser le djeun's. Autrement, vous êtes vieux, et la vieillesse, en 2005, est une tare, comme l'est la lenteur ou la lourdeur. Les temps modernes sont futuristes, au sens littéraire du terme, vous ne saurez leur échapper. La musique à plein volume, c'est très moderne, c'est IN. La musique est réduite dans ces locaux à une simple vague sonore, qui cache derrière son indigence et sa vulgarité l'absence de personalité des personnes à qui elle s'adresse: elle est la canne sur laquelle s'appuient des êtres dans l'incapacité de communiquer autrement que par l'ostentation de symboles qui leur ouvriront les portes du club le plus prisé, mais aussi le plus putanier, le club des djeun's.

A aucun moment la musique diffusée n'est vraiment écoutée, encore moins appréciée. Elle n'est qu'une agression, la réduction de millions de notes en une bouillie écoeurante qui finit par nous étouffer. Les djeun's ont besoin de prouver aux autres, le plus bruyamment possible, qu'ils existent, qu'ils sont différents, pour combler leurs affreuses sensations de ne pas être. Ce en quoi ils n'ont qu'à moitié tort. Les djeun's et le bruit vont main dans la main, pour uniformiser et atomiser un monde dans lequel la moindre expression de l'art et de la beauté doit être impitoyablement éliminée : c'est cela, être moderne.

                               Enfin, premiére sortie de l'année pour les blazers, qui encore sous les effets du champagne et des excès de nourriture, doivent tout de suite rechausser les sneakers pour le 31° match de la saison régulière. 2006 s'est conclue sur une défaite bien tristounette contre les Sixers, 2007 commence encore plus mal, si cela est possible. Défaite face à Boston pourtant privé de Paul Pierce, et surtout une désagréable sensation que la plupart des joueurs sont dans une période noire, une baiusse de régime nette et incompréhensible, à commencer par un Zach Randolph aboulique et tristounet sur le parquet. Un piètre 29 % à trois points n'a pas non plus aidé, face à des Celtics loins d'etre irrésistibles, mais assurément plus solidaires.Telfair, qui était de retour à Portland avec la casaque de l'ennemi, a briler par son absence sur le jeu, et confirmer son statut de joueur inutile à la cause. Seul Roy semble vraiment jouer avec sérieux ces derniers temps, probablement faudra t'il opérer des choix parmi les titulaires à aligner lors des prochains matchs. Et surtout commencer à défendre avec plus de mordant, et s'imposer dans la raquette adverse, au lieu de regarder les adversaires s'empiffrer de rebonds. Beaucoup de pain sur la planche, en somme, pour les Blazers.

Les Blazers s'enlisent, sans combattre...

PORTLAND - BOSTON   81-89

PTS : ALLEN (Bos)   22

RBS : MAGLOIRE   13

ASS : ROY   5

Bilan : 13V   19D

Samedi les Blazers ont disputé et perdu une rencontre à UTAH contre les Jazz : 96 à 86 pour les Jazz qui n'ont pas vraiment souffert pour se débarasser des rouges et noirs. Meilleur marqueur et rebondeur du match, le seul et unique Zach Randolph, auteur de 34 points et 13 rebonds. 12 assists pour Deron Williams des Jazz. A noter les 17 points de Roy.

Publié dans Blazers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article