PADOUE ( Padova ) : Rigueur venitienne

Publié le par Devotionall

Pour cette nouvelle étape, cap sur le nord est de l'Italie, et la région de la Vénétie, et Padoue ( Padova ), pour être plus précis. Une ville qui ne saurait être représentative des habituels stéréotypes sur l'Italie, comme le reste de cette zone, par ailleurs : ici pas d'accent chantant ni de personnalités exhubérantes et gesticulantes, la chaleur du sud est remplacée par une culture du travail et une rigueur étonnante, et le grand beau soleil romain ou napolitain est relevé, trop souvent, par une certaine rigidité climatique, qui fait bien claquer des dents, en hiver.

En Italie, les habitants de Padoue pensent être des privilégiés, car leur ville serait la plus ancienne du pays, fondée par le troyen Antenor, dont les ossessements gigantesques ont été retrouvés au XIII° siècle. La ville est extrémement religieuse, la dévotion suinte de partout, des nombreuses eglises, de l'atmosphère mystique. Du reste la très jolie Basilique de Saint Antoine ( ici humblement appelé Il Santo ) en est le témoignage le plus évident, et se dresse en face de ce qui est selon moi la plus belle attraction padouane, le Prato della Valle, une somptueuse place garnie de statues de marbre blanc, disposées en cercles. Impossible de se rendre à Padoue et d'ignorer aussi la Cappella degli Scrovegni ( chapelle des Scrovegni ) qui abrite des oeuvres majeures de Giotto, un ensemble pictural de haute volée reprenant les grandes étapes de la vie du Christ, de pures merveilles aux couleurs claires et limides.

Padoue est une ville relativement riche, surtout si comparée au niveau de vie du Mezzogiorno, bien entendu. Ici les gens, sans être de fanatiques electeurs de droite, ont eu tendance, recemment, a accorder toujours plus de crédit à la Lega Nord, cette asociation de notables incultes et arrivistes qui pronent la secession et l'indépendance du nord de l'Italie. Toutefois la municipalité actuelle est de gauche. La ville est jumelée avec Nancy ce qui est parfait pour en comprendre l'atmosphère : la Vénétie est à l'Italie ce que l'Alsace est à la France : une terre qui n'a pas toujours été historiquement liée à la nation italienne, et qui n'est pas réputée pour son accueuil des plus chaleureux. Ce qui n'enlève rien au fait que vous devez impérativement y passer au moins quelques jours pour en apprécier les principaux points forts, sans oublier de reserver une place particulière pour Venise ( un autre jour nous y reviendrons sur ce blog ), située à 40 kms de Padoue.

Juste à coté de Padoue, se trouve une belle station thermale, Abano Terme, où de riches clients fortunés, mais aussi des moins fortunés, viennent profiter des nombreuses sources d'eaux thermales. Abano est le lieu de naissance de Tite Live également, mais aujourd'hui renommée pour sa profusion d'hôtels et ses compétences touristiques. Bien entendu Padoue fut très longtemps sous domination vénitienne, ce qui a comme conséquence un lien etroit entre les deux villes. Le grand ennemi des padouans est autre : Vicence ( Vicenza ) que l'on vous dépeindra en des termes peu élogieux dans le fief de Saint Antoine.

Pour ma part, ma bonne connaissance de Padoue vient du fait que j'ai eu la chance de compter parmi les périodes les plus agréables de l'existence, une conquête padouana d'ailleurs fort caractéristique au niveau du caractère, la désormais fameuse Sabrina. Comme il est possible qu'elle lise ces lignes, je ne m'étalerai pas d'avantage sur le sujet, d'autant plus que je n'ai que du positif à ecrire, au final, et que cette période précise finit toujours par m'arracher un pincement au coeur. Surtout quand je repense à la campagne padouane : les cols Euganei, sur lesquels Foscolo a situé son roman epistolaire, les Dernières lettres de Iacopo Ortis ( que je recommande à tous ceux qui désirent comprendre les premiers vagissements du Risorgimento ), la petite bourgade d'Acqua Petrarca ( devinez qui y est mort, selon vous ? ), ou encore le château de Monselice.

Certes, n'imaginez surtout pas qu'à Padoue vous allez passer un week end à la californienne ou à la sicilienne, et que vous allez en revenir bronzé comme un ivoirien avec trente kilos de charcuterie et de fromage sous le bras ( pour ça optez pour Naples et la Campania ), toutefois si vous souhaitez voir de bien belles choses et vous instruire par la même, commencez d'ors et déjà à envisager Padoue comme une future destination

Basilica di Santa Giustina

La Basilique et le Prato, superbe.

Il Bacio di Giuda, Padova

Le Baiser de Judas, à voir dans la Chapelle des Scrovegni

Quelques infos sur Padoue :

C'est à Padoue qu'a été signé l'armistice mettant fin à la guerre entre l'Italie et les Empires d'Europe du centre, en 1918, à Villa Giusti, en proche campagne. Elle contient d'ailleurs de très nombreuses villas patriciennes, symboles extérieurs de la richesse de la region.

Les américains aiment l'art : en guise de dommage collatéral, durant la seconde guerre mondiale, la destruction des oeuvres de Mantegna entreposées dans la Cappella Ovetari. A quand un dédommagement financier conséquent?

Enfin n'oubliez pas de faire un saut à la splendide Université de Padoue, la plus ancienne d'Italie, et la septième au monde, vous en resterez bouche bée, surtout si comparée avec Lille III ou même celle de lettres et langues de Nice. La classe, on l'a, ou pas.

Next : Un petit saut à BRUGES

Publié dans devotionall

Commenter cet article