Blazers 3 : Il faut insister!

Publié le par Devotionall

Ma relation avec le basket est parfois paradoxale. Ainsi, même si j'aime beaucoup ce sport, voire que j'ai une certaine passion pour la NBA, je n'ai jamais vraiment pratiqué le basket, ni pour le plaisir, ni encore moins en compétition. Tout a commencé sur les bancs du collège, où de nombreux camarades de classe échaudés par les triomphes du SQBB, le Saint Quentin Basket Ball, capable de se qualifier pour une Coupe d'Europe ( de laquelle il se fera sortir au premier tour par les grecs de Panatinaikos après un arbitrage scandaleux en Grèce ), tissaient les louanges des Paul Fortier et compagnie, à savoir les gloires locales. Avec à chque fois des adjectifs ronflants pour les States et ce mirifique championnat, la NBA, qui à l'époque faisait vraiment rêver, tant le fossé le séparant de l'Europe semblait énorme. Pour ma part je feignais l'incompatibilité, pour éviter d'être englobé dans cette mase américanisante, mais je commençais à acheter en douce.. non, pas de revues porno, mais bien Maxi Basket, et j'en ai presque honte. Au lycée j'ai effectué mon coming out : Oui, j'aime la NBA, j'adore les Blazers, et regarde ce que je fais de la balle... Rien, en fait. Une allérgie congénitale, impossible de shooter correctement, le ballon qui rebondi toujous sur l'arceau, jamais dedans. Je ne savais mettre que des trois points, si je m'approchais, c'était le fiasco garanti, même aux lancers francs. Dégoutés de cette malédiction, d'autant plus que mes camarades de classe avaient tous leur licence au SQBB et s'entrainait quotidiennement à dunker et contrer ( enfin, ils essayaient )? Même pas, j'ai juste décidé d'être spectacteur et non acteur, mais la passion est la même, et la fidélité aux Blazers identique, nonobstant un parcours en dents de scie et quelques années de galère bien frustrante. Quel rapport avec le match de cette nuit gagné de justesse contre Minnesota? Allez demander à Juan Dixon, après un match remarquable au niveau des erreurs et des airballs, le pauvre bougre a insisté, dans toute sa médiocrité du moment, et à la fin... il a placé le trois point de la victoire, celui qui offre la victoire aux Blazers. Si Dixon m'avait suivi, il serait retourné bien sagement sur le banc pour finir son Sudoku ( enfin, en général les basketteurs US ne savent compter que jusque huit, ce qui est difficile pour le Sudoku qui contient aussi le chiffre neuf, disons qu'il aurait allumé son Ipod ). Félicitations donc pour se premier succès à domicile, grâce aussi à Roy le rookie qui épate ( encore 16 points ) et ZAch Randolph, toujours présent ( encore 17 points ). Mais surtout à un grand Travis Outlaw, pétri de talent mais tellement inconstant , qui cette nuit s'est retrouvé maître du parquet : 18pts et 15 rbs en une demie heure, chapeau bas. Comparé aux 3 points misérables de Udoka, un shoot sur quatre dans le même temps, Travis est un extra terrestre. Udoka, pourquoi ne pas suivre mon exemple, et laisser jouer les grands, ceux qui savent?

Encore 16 pts et 8 ass pour Brandon Roy, futur Rookie of the Year.

PORTLAND - MINNESOTA   88 - 86

PTS : Garnett ( Min ) 20

RBS : Outlaw 15

ASS : Roy 8

Bilan : 2V 1D

Next : Lundi dans la nuit, chez les Clippers. Franchement, ça va être bien dur...

 

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article