La sonnerie

Publié le par Maniette

SAMEDI 4 JUIN 2005     17H45

Il suffit parfois d'un détail, en apparence insignifiant.

Comme ce matin, la sonnerie d'un portable, identique à celle du portable que je possédais, il y a quatre ans de cela. Il a suffit de cette sonnerie pour qu'instantanément je me retrouve assailli par toute une série de souvenirs; plus encore, par une série de sensations; les sensations propres à ce que j'éprouvais alors, en sortant de mon travail à la bibliothèque municipale, et en entendant l'arrivée d'un nouveau message de Filomena.

A l'époque je n'avais qu'un job précaire et une perpective d'avenir un peu floue, aucune certitude réjouissante; et pourtant les souvenirs qui me reviennent à l'esprit ne sont pas négatifs, loin de là. Je me rends compte avec effroi que je suis déjà en train de travestir le passé en mythe, c'est à dire que j'enjolive involontairement mes souvenirs, et que mon présent me semble fade, sans substance. C'est une réaction humaine à la fuite du temps, le refus de penser que certains instants précis, comme cette seconde précise- où sur la grand place de Saint-quentin, lorsque sur le chemin du retour, la sonnerie du portable m'a indiqué l'arivée d'un nouveau message- sont irrémédiablements ancrés et figés dans la masse grouillante des instants perdus.

Il a suffit d'une sonnerie pour que je réalise que le temps s'est écoul encore plus rapidement ces dernières anées qu'à l'acoutumée. Et pour réaliser que la certitude de l'emploi, le fait d'avoir une situation professionelle définie, parfois - et je me rends bien compte de l'hérésie de mes propos pour qui est encore en recherche d'emploi, mais je le dois à la vérité - me pèse de façon inattendue et honteuse. La peur de perdre le peu que l'on a, la peur de l'inconnu qui sanctionne tout renoncement, fait de moi une autre victime.

Résolution finale? Celle ci: je ne serai plus enseignant en collège dans au maximum deux années. Je dois changer d'activité, d'abord car la routine m'a déjà usé suffisament, ensuite car je pense vraiment mériter bien mieux que cela. et je ne peux pas accepter de me laisser vaincre par la peur de devoir renoncer à mes 1450 euros mensuels, de sacrifier à ce modeste prix le peu de liberté qu'il me reste.

 

P.S : A vous qui tenez un blog et voulez multiplier par 20 vos visites? Insérez juste la phrase suivante: " sexe gratuit, photos de sexe, des videos de sexe gratuites, à volonté, des gros seins comme s'il en pleuvait....." Et voila, ce sera référencé chez nos amis de google, et ça attirera une belle floppée d'obsédés réduits au contact frustrant de cinqs doigts moites devant un ecran! Un kleenex?

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article