MUSE : THE RESISTANCE

Publié le par DEVOTIONALL

Reconnaissons le d’emblée : avec RESISTANCE, leur nouvel album, les 4 anglais de Muse n’ont plus peur de grand-chose. Une confiance en soi acquise à coups de ventes stratosphériques, qui débouche sur une tentative baroque de dépasser ses propres mécanismes, de repousser les frontières de la pop-rock lyrique, à grand renfort d’orchestre symphonique et d’une minutieuse élaboration en studio. Il est loin le temps où Matthew Bellamy pouvait déjà s’estimer tout heureux d’être accueilli comme un des épigones de Radiohead, cette même époque où le groupe pointait le bout de son nez en France, sponsorisé qu’il était par Fun Radio et son antenne libre ( vous souvenez vous de Max qui les passait en boucle ? Culture, quand tu nous tiens…). Le retour aux lucratives affaires avait de quoi donner le frisson, avec un morceau si grandiloquent et si casse gueule dans le pastiche, que Freddie Mercury a du esquisser un sourire narquois depuis l’au-delà ( United States of Eurasia, où Muse = Queen ). Le type d’audace qui fait au choix crier au génie ou s’esclaffer part de la critique. Difficile de rester insensible, car ce nouveau disque est en effet du genre inclassable. Entre les fans transis qui ne peuvent accepter que le groupe de fourvoie, et les pourfendeurs bien pensants qui le voueront aux gémonies avant même de l’écouter, ce « Resistance » résiste en effet à toute tentative honnête d’évaluation. Il faudra qu’un peu d’eau coule sous les ponts pour vraiment comprendre ce qu’on a eu entre les oreilles : ultime supercherie néo romantique où coup de maître artistique ? Dès « Uprising » le ton est donné : la modestie est bel est bien dispensable pour Muse, et c’est avec autorité qu’ils prêchent dans des stades bondés, pour un public d’ados conquis. Qui va devoir assimiler la symphonie en trois parties, intitulée « Exogenesis », qui conclut cet effort en douze minutes inattendues. Oasis est à la retraite forcée, U2 se parodie depuis des lustres, Radiohead s’évertue à se la jouer «contrecourant ». La place de plus grand groupe du rock au monde va-t-elle revenir de droit à Muse, qui s’empare de la ceinture avec la grâce et la subtilité de celui qui gratte une place assise dans le bus, au nez et à la barbe d’une petite vieille avec béquilles ? Ils sont irritants, ils sont outranciers, mais sont-ils mauvais pour au

tant ? En toute objectivité, certainement pas. Un peu trop racoleurs, par contre ?  (6,5/10)



Publié dans MUSIC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sob 31/10/2009 13:30


have a look at this Muse's new album cover in STOP MOTION :)
please rate it and comment if you like
and also spread to others about this video
love music, love muse :)

http://www.youtube.com/watch?v=NkGdH1AMJ94

Jetez un oeil à la couverture de ce nouvel album de Muse en Stop Motion:) s'il vous plaît donner votre avis et commentaire si vous le souhaitez et aussi s'étendre à d'autres personnes au sujet de
cette love music video, muse amour


http://www.youtube.com/watch?v=NkGdH1AMJ94


students resource 29/09/2009 10:39


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
_________________

students resource


DEVOTIONALL 30/09/2009 12:28


What the fuck ... ?