ARIELLE DOMBASLE "Glamour à mort"

Publié le par DEVOTIONALL

CD OF THE WEEK

Chaque lundi, l'album le plus attendu de la semaine, ou le meilleur, c'est au choix. A vingt euros le cd, autant savoir ce qui vous attend...

ARIELLE DOMBASLE "Glamour à mort"



Philippe KATERINE a-t-il enfin digéré le succès de son dernier album « Robots après tout » ? Probablement, car il est enfin de retour avec un nouveau disque. Cela dit, ne tentez pas de le trouver sous son nom propre. Cette fois, l’individu est devenue blonde, quinqua fringante et kitsch, épouse de philosophe de renom. Son pseudo sera Arielle. Dombasle. On se pince, mais on ne rêve pas. Katerine a donc écrit pour la Dombasle ( pas seul, Gonzales est aussi de la partie dans ce projet ) un album qui flirte du début à la fin avec le mauvais goût le plus absurde, le non-sens total et… le génie. Bref, dans la continuité de titres comme « Au Louxor », sans peur du ridicule et de l’opprobre, à la lisière assumée du cinquième et du sixième degré. Et ça marche, c’est ça le pire ! Certes, on pourra objecter qu’Arielle ne sait guère chanter, et que derrière ses vocalises douceureux, elle n’est pas une interprète formidable. Mais quand même, au niveau de la matière, il y a de quoi faire fuir la sinistrose. Celle qu’on retrouve en super héroïne trash kitsch sur les photos, fait un grand écart entre glamour chic et imitation toc. Totalement kitsch avec "Poney rose", irrévérencieux et foutrement drôle avec "Saint Sebastien", ironique et sexuel sur "A la néandertal", on trouve même sur ce disque un titre bizarroïde où Katerine joue les commentateurs sportifs sur un combat disco-latino. Une bonne grosse blague qui arrive à point nommé, avec le printemps. (7/10)



Album en écoute intégrale sur Deezer.
http://www.deezer.com/en/arielle-dombasle/glamour-a-mort-A291454.html

Publié dans MUSIC

Commenter cet article

Tommawack 12/05/2009 22:57

Moi je vois le nom de Donbasle, je m'enfuis, c'est recta...Bon on se tel, hen ;) 

DEVOTIONALL 13/05/2009 18:11


Préjugés ! Après c'est vrai que ce n'est pas une lumière mais ce n'est pas non plus ce qu'on lui demande, elle a son philosophe de mari pour ça