Le caiman

Publié le par Devotionall

IL CAIMANO ( Le Caiman ) est un film sur Berlusconi. Vrai, mais pas seulement. Ou plutôt, c'est une comédie mélancolique sur les déboires d'un producteur has been, qui s'en prend par instants à Berlusconi. Le problème, c'est le moment choisi pour sa sortie en salle : en pleine période electorale en Italie, juste pour rappeler que si, ce film est bien sur Berlusconi, enfin contre Berlusconi, enfin on sait plus très bien, et après tout ce n'est qu'un film...

D'où vient tout cet argent, s'étonne t'on dans le film sur Berlusconi, quand le faux Berlusconi décide de faire eriger un nouveau quartier de Milan ( Milan 2 ) et lance de nouvelles chaines TV. Le faux Berlusconi a les mêmes répliques que le vrai, le même parcours, mais ce n'est que de la fiction, dixit le dossier de presse. Le faux Berlusconi voit un jour une valise pleine de billets crever le plafond de son bureau et donner le la a une formidable carrière d'entrepreneur touche à tout. Le vrai Berlusconi aussi a reçu des valises, même si elles sont rarement passées par le plafond.

En fait, le film, clairement orienté à gauche ( Moretti n'est pas non plus un démocrate chrétien... ) se veut accusateur, voire ironique. Il ne fait que de mettre en évidence une réthorique implacable que beaucoup préfèrent ignorer : plus que Berlusconi, ce sont les gouvernants qui l'ont précédé qui sont à blamer. Eux en qui le peuple avait placé sa confiance, eux qui l'ont régulièrement trahi, frustré, au point où l'entrepreneur Berlusconi a pu se présenter comme le messie et gouverner l'Italie pendant plus d'un lustre. Moretti a choisi son camp : la gauche caviar et petite barque de plaisance ( D'alema ), celle des hommes-flancs patissier (Prodi) et des grissins allégés (Fassino), celle des populistes démago et propres sur soi ( Rutelli ) et des président de la république comuniste dans un pays où les rouges sont marginaux, voire anecdotiques ( Napolitano ). Pays - démocratique - où 49,8 % des élécteurs sont privés de la moindre once de représentation au niveau du gouvernement, pris en otage par cette même gauche dont le seul credo est d'abbatre un homme dont le plus grand des méfaits aura finalement été d'annihiler toute vélleïté de programme ou d'action chez ses adversaires.

Finalement, tout va bien. Prodi est au pouvoir, le Caiman est dans les salles, l'Italie va donc redevenir en quelques années le grand paradis qu'elle était ; merci aux forces progressistes de gauche. Juste un petit doute : qui dort avec les chiens se réveillent souvent avec des puces . A vouloir jouer aux fascistes, prenez soin de ne pas réveiller l'ogre qui dort. en cela, la dernière image du film est éloquente.

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article