Cannes : chroniques de l'ancien régime

Publié le par Devotionall

Ah Cannes, et ton mythique festival, qui fait rêver de millions d'ingénus petits mordus de cinéma et autres aspirants célébrités qui aspirent au bonheur médiatique!

Elless sont là, les stars du grand ecran, et leur corollaire people. Blindées de fric, choyées et adulées par les masses ignorantes et sans la thune. Bien qu'elles leur doivent cette vie de strass et de paillettes, bien qu'lles soient donc redevables de tout cela, les stars prennent soin d'éviter tout contact avec la plèbe. Vitres fumées, bodyguards surmusclés, palaces imprenables comme des forteresses médiévales, tous les moyens sont bons pour semer la plèbe implorante, pour un menu autographe. Les flashs des appareils et les clic des portables immortalisent le triomphe du nouvel Ancien Régime : l'ascenseur social s'arrête au pieds des marches de Cannes. Le tout est en grande partie financé par la régio, jolis deniers publics qui ne servent qu'à alimenter un marché de l'artificiel et de l'éphémère, le cinéma, cette grande putain aux jambes grandes ouvertes à ceux qui ont les moyens de s'offrir une nuit, faussement pudique avec les autres. Pendant ce temps, sur la Croisette, les garces locales cassent leur tirelire ( enfin celles des parents ) pour se la jouer Marylin l'espace d'une semaine, le décolleté abondant, des echasses en guise de talons, à la recherche de la première pseudo célébrité prête à acheter leur reliquat de verginité.

Cannes, qui sans pudeur aucune n'offre plus du rêve, mais se contente d'anesthésier le peuple pour lui faire oublier, dix jours durant, qu'il est en plein cauchemar. Merci, Cannes.

Tapis rouge : Mesdames et Messieurs, le Roi.

PS : Oui je sais, j'étais à Cannes dimanche et mardi... Désolé...

Publié dans devotionall

Commenter cet article

Tommawack 27/05/2006 14:30

Y'a pas, tu as vu juste sur ce point, Cannes c'est sympa, mais surtout quand on est une star. Je n'ai pas vécu le Cannes d'avant, celui de la grande époque, mais ce devait être autre chose...
C'était le bon vieux temps...