ASTONISHING X-MEN Vol.1 (Marvel Deluxe)

Publié le par DEVOTIONALL

COMICS Corner :

ASTONISHING X-MEN Volume 1 ( Marvel Deluxe )

Joss Whedon part avec un sérieux handicap, dans le système des évaluations sur ce blog : il est l’auteur de la série BUFFY, la bonnasse qui chasse les vampires dans la série tv la plus appréciée des geeks et des spectateurs socialement inadaptés. Une preuve que c’est assez pathétique : ça passait sur M6, la chaîne qui descend, descend, toujours plus bas dans la non qualité de ses programmes. Je ne vais pas me faire que des amis, qu’à cela ne tienne, j’aime ça, la caricature. Whedon, disais-je, s’est vu confié il y a trois ans la nouvelle série mutante, ASTONISHING X-MEN, et la nouvelle ne m’a pas emballé, sur le coup. Mais c’est une mode débordante, chez Marvel, de confier à des scénaristes venus du monde restreint de la télé, des séries à redynamiser. Si les épisodes semblaient un peu mous et plutôt « planplan » sous une forme mensuelle ( un par moi dans la revue en Vf Astonishing X-men, justement ), les reproposer ensemble dans un volume de collection est une meilleure idée, et la lecture gagne en profondeur. Les mutants bénéficient d’un traitement soap opéra super héroïque assez agréable, qui ne manque pas non plus d’humour.

La généticienne Kavita Rao l'a affirmé à la télévision : le gène mutant a été isolé. Un vaccin peut être mis au point, les victimes guérir et les menaces, inhérentes aux pouvoirs, disparaître. Pas facile dans ces conditions, pour Scott Summers, de gérer une équipe de X-men survoltés. Si Wolverine et lui se sont déjà souvent accrochés, Logan va aussi s'en prendre à un pauvre McCoy ( Beast )  rêvant déjà de retrouver un aspect humain. La tension est également palpable entre Kitty Pryde et la froide Emma Frost, soupçonnée d'avoir pris le pas sur le véritable chef de l'équipe. C'est dans cette ambiance tendue que les X-men abandonnent leurs cuirs noirs pour revenir aux costumes plus traditionnels. Parce que ces tenues, plus voyantes, plus lumineuses, véhiculent aussi un message : " Nous sommes des héros. Et les héros sont cools et facilement identifiables, et en plus le latex ça a un coté fantasme assumé pas déplaisant"  On assiste même au retour de Colossus, que tout le monde pensait mort, durant ces douze premiers épisodes publiés ensemble dans la ligne Marvel Deluxe. Marre de ces retours de la tombe, mais il faut s’y faire, bientôt Steve Rogers, alias Captain America, et la coupe sera pleine. Un album en tous les cas qui est axé sur le coté relationnel et humain des personnages, joliment illustré par Cassaday, qui tombe a point pour les fêtes de fin d’année et pour tous ceux qui désirent des X-men plus ancrés dans notre réalité. Whedon n’a pas accouché d’un chef d’œuvre, mais ses histoires vous feront passer un moment bien sympathique tout de même ! (7/10)

Publié dans COMICS

Commenter cet article