SNOW PATROL : A hundred million suns

Publié le par DEVOTIONALL

CD OF THE WEEK

Chaque lundi, l'album le plus attendu de la semaine, ou le meilleur, c'est au choix. A vingt euros le cd, autant savoir ce qui vous attend...

SNOW PATROL : A hundred million suns


A un moment donné, il faut choisir. Entre rester un groupe indie, adoré de ses fans en nombre restreint, ou ambitionner de jouer dans des stades combles, et virer mainstream ( ce n’est pas toujours une insulte ! ). En enregistrant dans les mythiques studios Hansa de Berlin ce nouvel album, A HUNDRED MILLION SUNS, le groupe SNOW PATROL a probablement commencé à envisager une nouvelle dimension, une gloire plus diffuse. La recette qui a fait le succès des précédentes livraisons est à nouveau réemployée, mais sans que cela tourne au plagiat ; les nouveautés sont bien là et on s’en réjouit. « Tack back the city » semble être le nouvel hymne très « Snowpatrolien », épique et puissant. Sur « Crack the shutters » nous surprenons un Gary Lightbody heureux, loin de ses anciennes pleurnicheries sur ses amours perdus, qui déclame vouloir « dessiner la carte de (tes) collines et de tes vallées avec (ses) doigts intrépides ». L’amour est d’ailleurs ce qui semble être le thème récurrent de ce disque, même si Lightbody revient sur ses drames personnels, dans « Disaster button », par exemple.

Cet album est il un grand album ? La question est posée, dans la mesure où beaucoup d’auditeurs continuent de mésuser de la vieille formule en cours pour la « patrouille de la neige », à savoir beaucoup de formes et peu de fond. Mais la pop, le rock dit « léger », n’est-il pas fatalement un exercice de style sur les formes, plus encore que sur le fond ? Que dire de la beauté de ce dernier titre, « The lightning strike », qui se décline en trois entités différentes, pour un spleen maîtrisé d’une beauté envoutante, qui vous gagne le long de ces minutes qui voient monter progressivement la tension finale ? En plus, l’énergie de certains titres n’a d’égal que le titre. Un exemple ? « If there’s a rocket tie me to it », s’il y a une fusée attachez moi y. Ou encore « Please just take these photos from my hands », c'est-à-dire Retire moi ces photos des mains. Snow Patrol, c’est à mon sens un équilibre louable entre une certaine indépendance créatrice, un groupe encore suffisamment confidentiel en dehors des cercles de fans pour ne pas prendre le melon et se vendre au plus offrant, et le potentiel pour exploser au niveau mondial. A hundred million suns aura probablement la lourde tâche de décider de la direction à prendre. Pour ce qui nous concerne, on ne peut que se réjouir de ce disque mélodique qui va nous tenir chaud cet hiver. (7,5/10)

Publié dans MUSIC

Commenter cet article

Tommawack 03/11/2008 19:55

Un peu moins fan de mon côté... Mais merci pour la découverte ;)