BATMAN : The Dark Knight

Publié le par DEVOTIONALL

                                         ***   GRAND ECRAN   ***


BATMAN : The dark knight


Chaque génération à le BATMAN qu’elle mérite. Les années 60 ont accouché d’une série tv qui tendait plus vers la comédie, avec d’improbables costumes tendance pop art. La fin des années 80 a vu Tim Burton faire dans le gothique, avec un Batman plus sombre et sans grande substance derrière. En 2003, le Batman begins de Christopher Nolan refondait les ombrageuses origines du mythe de l’homme chauve-souris à l’ombre d’une Amérique post onze septembre. Si notre héros y apparaissait triomphant, à la fin, on y voyait aussi l’ascension, l’émergence, d’une nouvelle criminalité sans pitié, border-line, voisine de la folie et du pure massacre sans véritable sens logique. Elle trouve cette fois sa plus effrayante expression, dans 2h20 de descente aux enfers de l’âme, véritable lutte dans l’underground super héroïque à mille lieues des collants moulants rose fluo et des bons sentiments patriotiques.

The Dark Knight est la suite de Batman Begins, déjà réalisé par Christopher Nolan. Si Christian Bale, Michael Caine et Gary Oldman sont toujours de la partie, Katie Holmes a dû toutefois laisser sa place à Maggie Gyllenhaal dans le rôle de Rachel Dawes. Officiellement, la jeune actrice n'était pas disponible pour le tournage.  Batman aborde désormais une phase décisive de sa guerre au crime. Avec l'aide du lieutenant de police Jim Gordon et du procureur Harvey Dent, il entreprend de démanteler les dernières organisations criminelles qui infestent les rues de sa ville. L'association s'avère efficace, mais le trio se heurte bientôt à un nouveau génie du crime qui répand la terreur et le chaos dans Gotham : le Joker... Ce dernier ne connait aucune règle, et la terreur semble être le but ultime de son existence. Gotham City plonge dans l’enfer…

 

Tout ou presque aura déjà été dit sur ce film, globalement encensé par la presse et le public. Dont pas mal de vérités, à commencer par l’effrayant et très bon Heath Ledger en Joker plus psychopathe que jamais. La guerre contre la terreur, c’est ça le truc de Batman, et là tous les coups sont permis, surtout les interrogatoires passages à tabac et les méthodes expéditives ; tout sauf le meurtre car notre Chevalier noir reste du coté des bons et ne tue pas, un truc de super héros, en fait. Le film interroge le spectateur sur la part de bien présente en chacun de nous, et sa capacité de résistance face au mal en situation critique. Le procureur Harvey Dent succombe quand on lui retire celle qu’il aime, mais le pékin moyen de Gotham ( dont les criminels eux-mêmes ! ) entretiennent l’espoir en refusant de s’entretuer et de faire ainsi le jeu du Joker. Ce blockbuster de l’été a la foi dans le genre humain, et une drôle de façon de la mettre en image, dans une Gotham city paranoïaque où tout explose de partout, où les meurtres abondent, dans un vrai scénario apocalyptique, d’ailleurs pas très crédible ( mais bon, c’est un film de super héros… ). Il pleut des effets spéciaux et des catastrophes, dans une surenchère permanente qui peut à la longue ravir ou exaspérer, car deux heures vingt, c’est long, quand même ! Pour ce qui est de la psychologie, le manicheisme des situations et les pseudos discours moralisateurs ou encenseurs de la folie sont assez creux et ne veulent finalement pas dire grand-chose. Ce nouveau Batman est à prendre donc pour ce qu’il est : un spectacle à la limite du grand guignolesque, bien calqué sur l’ère des temps ( d’où son succès ) et rythmé d’un bout à l’autre ( avec une mise en scène un chouilla trop syncopée ). Un succès mérité, au final ? Je vous laisse le soin de juger ( et vous aurez noté que je n’en fait pas un chef d’œuvre non plus, loin s’en faut ), en vous rappelant que si vous avez aimé ce film, il est temps de vous plonger dans le comic book ! (7/10)

Publié dans AU CINE CE SOIR

Commenter cet article

tommawack 14/09/2008 21:55

7/10, je te trouve assez dur...