LES GARS DE LA RUE PAUL ( de F.Molnar )

Publié le par DEVOTIONALL

Un roman simple et à la portée de tous, mais qui reste intelligent et bien construit, avec en plus une belle touche de poésie pas désuète du tout? (Re)lisez donc le hongrois Molnar avant la rentrée, ses "Gars de la rue Paul" restent un petit bijou dans le genre.

Dans les rues de Budapest, la bande des gars de la rue Paul, avec à sa tête Jean Boka, est victime d’une « razzia » de la part de deux membres de la bande rivale, les Chemises Rouges. Grands et costauds, ils leur ont racketté leurs billes sans aucun scrupule. Leur chef, Féri Ats, pousse la provocation jusqu'à aller leur voler leur drapeau sur leur propre terrain de jeu. La guerre est définitivement déclarée entre les deux bandes lorsque les Chemises Rouges affichent leur ambition de s’emparer du terrain vague des gars de la rue Paul. Les deux chefs planifient leurs batailles et élaborent des tactiques subtiles pour ressortir victorieux de cette guerre sans merci. Les trahisons et les complots s’enchaînent et entraînent le lecteur dans cet univers d’un autre temps, où les codes d’honneur et de la morale régissent les comportements de ces adolescents du Budapest populaire d’il y a un siècle. Ce roman passionnera les jeunes garçons et adolescents par son histoire et son rythme. Les parents quant à eux seront heureux de découvrir le style unique de l’auteur, riche et simple à la fois.

Le roman pouvant aussi se lire comme une belle métaphore d'un monde adulte où tout se vit diablement au sérieux. Les guerres naissent parfois pour moins que le sac de billes de ce livre, et les adultes n'ont pas même l'excuse de ne pas savoir; de leurs "erreurs de jeunese" pour justifier la folie où les mènent leurs idéologies, du nazisme au communisme stalinisme. Et c'est finalement Nemecsek, le jeune héros du roman, aux allures christiques, qui viendre rappeler que le concept d'héroïsme est souvent et simplement le seul fait de rester debout et fidèle à ses principes, même quand il est plus simple et moins éprouvant de se coucher et de fermer les yeux. Une saine et belle lecture, en somme, et pour tous.


Publié dans Journal des culturés

Commenter cet article

Schlabaya 27/01/2012 19:54


J'ai adoré, moi aussi ce roman, je vois que je ne suis pas la seule !