DIAMS : Total vulgos

Publié le par DEVOTIONALL

J’aime quand les différences entre la femme et l’homme sont marquées. Au chiotte le féminisme et la parité des sexes à l’extrême. La femme ne sera jamais un homme qui ne sera jamais lui-même une femme. En ces temps androgynes où chacun semble s’interroger sur sa sexualité et où il est presque de bon ton d’afficher sa différence, je réclame haut et fort mon droit à être un hétéro qui privilégie une vraie femme, et pas un camionneur manqué ni une working girl intraitable. Une femme qui habille sa féminité et qui en joue, qui sache comment se gère un foyer, dans les grandes lignes, sans être une esclave ( encore que…). Idem au niveau du langage : pas de grossièretés gratuites ni de langage de charretier. Et là j’en viens à ce truc répugnant pour mes préférences, cette caricature de ce que la femme ne doit pas être, cette pseudo artiste dénuée de la moindre once de talent qui prospère sur la bêtise de quartiers prêts à s’enflammer à la moindre goutte de combustible, sans voir que passées les flammes, rien ne peut pousser sous et sur les cendres et le béton. DIAMS, le seul fait que tu puisses vendre un album aujourd’hui me conforte dans l’idée que nous vivons des temps obscurs. Dans son cas, ce sont les anglais qui ont le mot juste, pour en parler. Pas de « she », n’exagèrons pas, ni de « he », mais un bon vieux « It », neutre et informe, pour cette créature hybride qui a pris de tout ce que notre société a de plus corrompue, pour un patchwork qui me fait frémir. Yo (wo)man !

Ah, regardez quand même cette vidéo. De la finesse à l’état pur.

 


Publié dans devotionall

Commenter cet article

Tommawack 15/08/2008 13:17

Putain, j'kiffe top cette video !