TIROMANCINO "Illusioni parallele"

Publié le par DEVOTIONALL

Et bien oui, il nous arrive de temps en temps de vanter les mérites d'artistes issus de la scène italienne, qui est pourtant presque moribonde. Avec le groupe TIROMANCINO ( mauvais coup en VF ) par exemple, et son splendide album de 2004, Illusioni Parallele. Le groupe est surtout le jouet de son leader, Federico Zampaglione, et reste basé à Rome. Le son est en général très soigné, avec toujours plus d’attention aux sons électroniques, même si à la base Tiromancino privilégie les guitares ( sèches également ) et les mélodies chaudes et intimistes. Depuis 2002 et le disque In continuo movimento, le groupe a gagné un nouveau statut, et fait donc du mélange entre cordes et ordinateurs une clé de voûte pour un univers qui lui est propre, entre romantisme classique et aliénation moderne. Souvent les clips qui accompagnent les singles sont eux aussi très travaillés, et là aussi, interprétés et supervisés par Zampaglione, à la base de tout le travail des romains, dont il est l’âme indiscutable.

En 2004, Illusioni parallele est un grand disque qui vient donner un sérieux coup de fouet à la musique italienne pas toujours innovante ni pertinente. L’album est remarquable, maîtrisé, et résolument plus electro que les précédents. Dès l’introduction, avec Pericle il nero ( Pericles le noir ), les boucles de synthé imposent au rythme des circonvolutions tortueuses et donnent ) la musique de Tiromancino un aspect cérébral et très moderne qui ne va presque jamais de démentir par la suite. La Terra vista dalla luna ( La Terre vue de la Lune ) est un conte magnifique, une remise en perspective de nos activité quotidiennes, sur une musique cristalline et au bord de la rupture. Du cristal mis en musique. Imparare dal vento ( apprendre grâce au vent ) est de construction plus classique, avec cette touche de romantisme suffisante pour faire du retour aux vraies valeurs le thème récurrent de la chanson. Parmi les autres petits bijoux de cet album, nous trouvons L’autostada ( l’autoroute ) thème cher à Zampaglione puisque son groupe passe autant de temps sur la route que en concert ou en studio. L’autoroute comme lien de conjonction entre deux histoires, deux individus, ou deux monde, comme trait d’union entre des différences qui s’annulent. TIROMANCINO dépasse avec ce disque, et de très loin, les classiques influences italiennes, qui trop souvent se contentent de reprendre des mélodies sirupeuses avec un texte niais et vide, chanté par une voix cassée ou nasillarde, ou encore hurlé aux quatre vents. C’est le groupe qui sait le mieux allier musique grand public et intransigence artistique, avec un évident savoir-faire. A découvrir, même si vous ne comprenez pas vraiment les textes. (7,5/10)


Un des meilleurs disques en italien de la decennie


Publié dans MUSIC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article