Dictionnaire de la misère sociale (1)

Publié le par jose Maniette

DIMANCHE 13 MARS 2005   13H00

Bonjour! A l'heure où les langues etrangères revêtent une importance toujours plus grande dans l'enseignement des nouvelles générations, il m'a paru opportun de donner la possibilité à tous les internautes désireux d'effectuer un voyage dans le Nord de France, de communiquer aisément avec les autochtones. C'est pourquoi je vous proposerai régulièrement sur ce blog mes cours de langue, ou comment apprendre le "misère social" en quelques lecçons. Pour commencer, voici donc un petit dictionnaire Français/Misére sociale, dont la première partie s'offre à vous aujourd'hui. Revenez ultérieurement pour complétez votre formation!

Les mots seront classés par ordre alphabétique, avec entre parenthéses la prononciation phonétique et une phrase d'exemple, pour se familiariser avec l'emploi de cet idiome compliqué.

* CHUCHER ( chuché ) : Boire, avaler.   ex: Qui peut me dire ce que fait le père d'Allison dans la vie? - I' chuche sin père! I suce des bites à carrefour!   Dériver de sucer, suite à la coutume qu'ont les mères de familles indigènes à donner à leur progéniture des biberons de bierre ou de vin chaud, en hiver. Ne s'emploie pas dans le sens du rapport sexuel oral.

* ET' GUEULE ( eutt' gueule ) : Tais toi, taisez vous, silence.   ex : Et'gueule Kevin, y'a l'recrue Castaldi qui cause dans l'poste, j'écoute.   Dérive de ' Et toi pourrais tu diminuer le volume de ta production orale ' contracté au fil des siècles en Et'Gueule.

* MINTEUX ( minteu ) : Menteur, affabulateur   ex: Y'a Steven qui m'a dit qu' Pierre Laigle il avait signé à l'ohème! Eul ' minteux, Pierre Laigle il est mort!!!   Provient de 'menteur' pronocé avec 5 grammes d'alcool dans le sang par le duc de Bavay en 1874 à la fête du houblon ( fem : minteuse, voire aussi Pisseux, pisseuse )

* QUETCHE ( Ketch ) : Rien, personne, que dalle (fam. )   ex : Kesta dans tin frigo pour minger, j'ai la dalle! - Quetche, j'ai pas eu min RMI!   origine incertaine, provenant peut être des "quetches" , cerises servant un produire le cointreau, alcool relativement prisé dans le sud de france, ici remplacé par la kro' ou l'amstel.

 

GRAMMAIRE :

L'adjectif possessif.

Les adjectifs possessifs MON, TON, SON... sont remplacés, en misère sociale, par d'autres adjectifs, respectivement:

MIN, TIN, SIN ( EUS au féminin ) , NO, VO, LEUR

ex : Min père il est en tole, y sé taper eus soeur, il a fait un ceste.

 

CIVILISATION :

Dans le pays de la misère sociale, les fêtes traditionnelles ne sont pas les mêmes qu'en France. Ainsi le calendrier de la misère sociale prévoit de nombreuses fêtes, une douzaine par an, d'une durée de 48 heures chacune, qui tombent généralement entre le 24 et 27 de chaque mois. Appelées fêtes du R.M.I elles consistent principalement en de longs cortéges qui défilent depuis les grands HLM de périphèrie ( comme Fort Nieulay, ici à Calais ) jusqu'au bureau de poste voisin, où des liasses de billets de banque sont echangées entre les employés et les clients, qui revêtent pour l'occasion des habits de cérémonie, tels de longues tuniques noires ( apelées Tshirt ) à l'éffigie du dieu local des arts, Johny Halliday , ou d'étranges coiffes rituelles dénommées "bobs" qui protègent avantageusement du vent. Ces fêtes sont l'occasion de grandes retrouvailles entre tous les membres de la tribu, qui s'ennivrent de boissons fortes durant deux jours. Ces fêtes sont importantes car on a pas toujours l'opportunité de s'amuser beaucoup, au pays de la misère sociale.

 

Dictionnaire réalisé à Calais, capitale de la misère sociale.

Dans la même collection:

Français/Rapeurs   et 100 exercices pour réussir vos tests d'entrée à l'ANPE. Prochainement : comment vivre en misère sociale malgrè le bac?

 ( à suivre... )

Publié dans devotionall

Commenter cet article

ed 14/03/2005 21:02

enfin quelque chose de savoureux sur ce blog !

val 13/03/2005 16:50

mdr, alors là je suis explosée de rire...mais c'est tellement ça!!