LES COMICS DE MARS 2008 ( Part 3 )

Publié le par DEVOTIONALL

WORLD WAR HULK 1

Ah la bonne opération marketing ! Je ne met pas en doute la qualité du crossover en soi, mais celle de ce numéro 1 de la mini série, tel que proposé par Panini comics. En effet, pour la modique somme de 4 euros, nous avons là une seule histoire d’une grosse trentaine de pages, une sorte de prologue qui nous prévient pour la énième fois : Attention, Hulk revient sur Terre, et il n’est pas content ! Des fois que certains d’entre vous l’ignoraient encore. L’histoire est en soi assez dispensable, et ne justifie certainement pas le prix de couverture. Vous aurez beau ajouter des interviews inédites, des fiches sur les personnages, ce que vous voulez pour attirer le gogo, il n’empêche que ceux qui prendront la série en cours, à partir du numéro 2, seront les plus avisés. Ou bien mieux encore, achetez donc le TBP en américain, si vous avez des compétentes linguistiques ! (5/10)

DC UNIVERSE 32

J’aime cette revue ! Non mais c’est vrai, les héros DC se reprennent bien en ce moment, et de tous les mensuels, c’est celui que lis avec le plus de plaisir. D’abord car la JLA se reforme, et la saga avec Red Tornado, dont vous lirez ici l’épilogue, fut rythmée, claire, bien faite. En plus les dessins de Ed Benes sont superbes, l’effet dynamique qu’il donne à ses héros, tout en sachant respecter un trait classique, est du plus bel effet. Les jeunes héros des Teen Titans ne sont pas mal non plus, aux prises avec un nouveau groupe d’adversaires très aguerris. Geoff Johns supervise le tout, comme quoi il a encore à raconter sur l’univers DC. Très bon aussi la JSA et ses héros version « papys », et la première grande apparition du fils de Wildcat version «Moi aussi j’ai des pouvoirs », qui vaut le coup d’œil. L’épisode de JSA classified qui nous raconte les premiers pas de Kid Amazo, le fils du grand ennemi de la Justice League, est lui un ton en dessous des précédents, mais se laisse lire, et tout compte fait vient clore en douceur un numéro fort bien fichu de DC Universe, la revue qu’on aurait tort d’oublier en kiosque. Il n’est jamais trop tard pour rentrer dans l’univers DC. (7/10)

ASTONISHING X-MEN 34

La revue mérite bien son nom. Car la série qui la sauve de la médiocrité et de l’ennui, c’est bien Astonishing. Confier ses héros à des scénaristes réputés de séries TV est une nouvelle politique de la Marvel, qui a déjà porté ses fruits, en introduisant un élément « soap opéra » super héroïque pas toujours désagréable, quand il est bien dosé. Ce que fait Josh Whedon sur les mutants, avec plus ou moins de succès, mais qui en ce moment se porte relativement bien. Inversement, les « Exiles » sont devenus purement anecdotiques, à prendre très au second degré. Trop de légèreté peut devenir bien lourd. New Excalibur est une de ces séries qu’on aurait pu rebaptiser « What for ? »  tant on ne comprend pas trop sa pertinence. Le type de lecture à éviter le soir, sous peine de s’endormir avec un comics sur le nez. Reste aussi la série décalée de l’univers mutant, la bonne X-Factor, qui a toutefois connu une petite baisse de régime et ne semble pas aller jusqu’au bout de son potentiel. Deux séries à lire, deux à jeter, la note sera donc toute moyenne. (6/10)

X-MEN EXTRA 67

Et revoilà les zombies. Franchement, ma critique sera rapide, acerbe et assez orientée : je fais partie de ceux qui ne supportent pas ces personnages, ces héros marvéliens version « retour des morts vivants ». Alors quand le couple Tornade/Panthère noire, qui est déjà en soi loin d’être ce que je préfère en matière de comics, se vautre dans des aventures de la sorte, vous comprendrez aisément que je fasse l’impasse sur cette parution. (4,5/10)

En librairie

WONDER WOMAN 1

Suite à la fin de Infinite Crisis, les grandes séries régulières de la DC Comics sont reparties à zéro ou sur de nouvelles bases, un an après la dernière aventure. C’est l’opération « One year later », censé apporter du sang neuf et de la création artistique nouvelle aux figures légendaires DC. La belle amazone n’étant publiée dans aucune revue chez nous, les numéros 1 à 6 de son « relaunch » sont disponibles en librairie uniquement, sous forme d’un album de qualité, qui devait nous apporter des réponses quand à la question : « Mais qui est vraiment Wonder Woman ». Les réponses définitives sont remises à plus tard, et d’ailleurs les bases mêmes de l’héroïne en corset bondage sont sujettes à de fréquentes variations. Toutefois cet album est d’assez bonne facture et pourrait vous plaire pour peu que vous soyez déjà familier de l’univers de l’amazone. En plus ce sont les époux Dodson qui se chargent d’illustrer le tout, dans leur style caractéristique, c'est-à-dire plein de souplesse, pas très réaliste, un peu cartoon, très vif et chatoyant. On ne touche pas au génie, mais beaucoup trouvent ça très agréables. Globalement c’est aussi ce qu’on peut dire de cet album. (6,5/10)


Qui veut se faire pincer dans son lasso?





Enfin c'est aujourd'hui une grande dernière! La dernière de qui? De LA GAZZETTA DELLO SPORT tout simplement. Comment ça, la fin du plus grand quotidien sportif italien, voire mondial? Pas tout à fait, disons la fin de sa forme actuelle. Dès demain le journal change de format ( plus petit ) et abandonne le rose intégral, pour devenir tout en couleur. Une refonte totale et inattendue à découvrir dans les kiosques italiens, mais aussi niçois! J'en salive d'avance, rien que par curiosité!

Publié dans COMICS

Commenter cet article