CLOVERFIELD de Matt Reeves

Publié le par DEVOTIONALL

Internet fut à la base d’une grande campagne de pub occulte. Des images au compte goutte, des révélations et spoiler savamment dosés. Tout ça pour ça. Oser dire que CLOVERFIELD, qui vient de sortir sur les écrans, est un nanard, ce n’est pas exagérer. Après une telle attente, et de tels espoirs, le résultat laisse quand même un sacré goût amer en bouche. L’histoire est simpliste : un vidéaste amateur immortalise une fête donnée en l’honneur du départ de ses amis pour le Japon. Seulement voilà, c’est justement le soir qu’un monstre a choisi pour attaquer la ville de New York. Monstre dont l’irruption et les dégâts sont filmés, ainsi ( et surtout ) que la panique qui s’empare de la foule. Les horreurs et les angoisses du 11 septembre serpentent tout le long de ce film, qui emprunte au Projet Blair Witch son style de narration : caméra au poing, tremblotante, une sorte de journal vérité hésitant et maladroit, et ce malgré un budget quand même assez conséquent. C’est cool de faire rudimentaire !
 
Le tout est un grand flash-back, donc la fin est plus ou moins connue. Le monstre va être vaincu, reste à savoir comment et pourquoi. Blair Witch, personnellement, ne m’avait pas plu du tout, alors vous pouvez comprendre combien cet ersatz à grand spectacle me laisse froid. Il faudra en plus que vous soyez patient car la longue scène d’ouverture, ennuyeuse et plate, m’a presque incité à me lever pour vérifier que je ne m’étais pas trompé de salle. Les effets spéciaux sont corrects, même si loin d’être inoubliables et révolutionnaires. Je n’évoque pas la scène de la tête de la statue de la Liberté qui roule au sol, ce fut un assez bon prétexte publicitaire pour couvrir l’indigence du reste du film. Un grand film baclé à coups d’images qui tremblent, juste parce que c’est comme ça et pas autrement, juste pour ce coté docu fiction très tendance et pour faire de cette réalisation une production culte. Franchement c’est raté, et sans aucune substance. Pour ce qui est du bide de l’année, Cloverfield se pose déjà en candidat sérieux. Et on n’est qu’en février ! (4,5/10)


L'Image du film.
Qui ne contient rien d'autre de mémorable.

Publié dans AU CINE CE SOIR

Commenter cet article

DEVOTIONALL 16/02/2008 10:52

Bah, j'ai tendance à donner une note à l'italienne, et là le 4 signifie : Vraiment nul. 4,5 c'est un demi point au dessus car il faut louer les quelques rares effets spéciaux valables. Pour le reste, c'est du battage médiatique et rien d'autre. Très décevant.

Tommasi 16/02/2008 09:30

Quel indulgence !!! 4.5 pour le "nanard" de l'année... Prof, c'était plus méchant avant !!!

Tommawack 13/02/2008 00:07

Je veux bien te croire. C'est sur que la bande-annonce donne envie. Le reste...