A RUSH OF BLOOD TO THE HEAD ( Coldpay )

Publié le par DEVOTIONALL

En 50 épisodes indispensables, voici les incontournables de la musique des années 80 à aujourd'hui, offerts par votre serviteur. Aujourd'hui:

Fiche 08 : A RUSH OF BLOOD TO THE HEAD ( Coldplay )

Des voix feutrées et parfois murmurées, des guitares chaudes et lascives, des mélodies claires et directes, toute cette alchimie avait projeté le groupe COLDPLAY sur le devant de la scène à l’occasion d’un premier album révélation, le fameux « Parachutes ». En 2002, à l’heure difficile de la confirmation ( on sait combien de groupes se sont cassé les dents à cet écueil ) la troupe de Chris Martin n’avait pas franchement envie de prendre de gros risques : quand on trouve une aussi bonne recette, et qu’on sait aussi bien l’appliquer, pourquoi se gêner ? Dès le premier single de ce RUSH OF BLOOD TO THE HEAD, l’archi connu « In my place », le ton est donné : quelques accords placés simplement, de la pop imparable et sans complexes, un hit assuré et vérifié. Mais pour la seconde livraison, Coldplay a su tout de même exploité ce qui était son grand atout à l’époque : avoir plus de moyens pour l’enregistrement, grâce au succès du premier disque, et donc enregistrer des compositions plus lyriques encore, avec plus d’emphase, et puis élaborées avec un peu plus d’expérience, bien entendu. Les conseils avisés de Ian Mc Culloch, l’ancien leader d’Echo and the Bunnymen, ont aussi porté des fruits. Toutes les conditions étaient réunies pour que les fans de la première heure succombent définitivement aux pieds d’un groupe en passe d’investir les stades du monde entier.
Politik, qui ouvre l’album, apporte aussi une touche un peu plus rock, un son un peu plus percutant, en dépit d’un contenu très light par rapport au titre du morceau. Sur God put a smile upon your face, Coldplay déroule un jeu à la guitare plus sophistiqué que ce qu’il a fait jusque là, tout en profondeur et en écho. The scientist reste la touche de génie de l’album avec en plus un fort joli clip un peu mièvre mais diablement bien trouvé. La mélodie est quasi parfaite et ferait s’émouvoir même un bloc de granit. Clocks, qui suit dans la foulée, a des relents de Police, avec une modernité et une ampleur dans le son qui fait penser que Chris Martin and co ne sont qu’aux débuts d’une carrière stellaire. Le disque se clôt sur une ballade toute en longueur et lascivement traînante, et qui donne son nom à l’ensemble. En fait, Coldplay prend ici le contrepied de Radiohead, qui ose casser la machine et la reconstruire pour atteindre les sommets : un tantinet frileux et pas franchement audacieux, Coldplay sait tenir là un travail brillant, une petite merveille de pop ciselée, la clef rêvée pour pénétrer dans le cercle fermé des idoles modernes. Le problème sera ensuite, dans la gestion du succès planétaire consécutif aux deux premiers disques. Martin se répétera comme hanté par l’idée de s’éloigner d’un personnage qui a fait de lui ce qu’il est devenu, et finira par être atteint de « Bonoïte », cette maladie contractée par le leader de U2, et qui veut que certains artistes acquièrent des attitudes messianiques bien irritantes pour l’auditeur objectif. En attendant que le groupe se réinvente un jour, il nous reste quand même deux petits chefs d’œuvre dont il faut se réjouir, ce deuxième opus me semblant un tantinet plus abouti. (8/10)

COLDPLAY - A Rush of Blood to the Head
 










Le second album de Coldplay : consécration

 Déjà publié :

01. Violator
02. Achtung baby!
03. You all look the same to me
04. Xtrmntr
05. Ladies & gentlemen we're floating in space
06. Coming up 
07.
Frequencies

Publié dans MUSIC

Commenter cet article

marie 07/09/2009 09:25

je lis cet article en septembre 2009. depuis 2 albums de Coldplay. le groupe est devenu planétaire, incontournable. de grandes mélodies pour de grands stades, un chanteur hors norme. coldplay malgré tous ces détracteurs, c'est la classe. et que dire de ian mc culloch, qui reste pour moi la plus belle voix du rock. england is great

pitbull 18/01/2008 22:33

C'est bon mais quand même bien MIEVRE. Voilà l'adjectif qui convient.