CIVIL WAR EXTRA 4 : FALLEN SON

Publié le par DEVOTIONALL

La mort d’un personnage aussi important que CAPTAIN AMERICA ne pouvait passer inaperçue. Déjà par le fort symbolisme qui entoure cette décision surprise : la vision que Marvel porte sur le rêve américain en 2007 semble assez lapidaire… Ensuite car pour célébrer un tel départ, il fallait une bande dessinée à la hauteur, et c’est ce qui vous attend ce mois ci en kiosque, dans les pages du quatrième et dernier CIVIL WAR EXTRA, qui regroupe l’intégralité de la mini série FALLEN SON. Quand l’Amérique perd son fils, les larmes et le pathos la disputent à la colère et la stupeur. L’idée originelle de cette série est due à Jeph Loeb, qui désirait exprimer cette perte du fils condensée en cinq étapes : refus, colère, marchandage, résignation et acceptation. Un vrai travail psychologique, en somme, et très crédible car Loeb a malheureusement lui-même perdu son fils l’an passé, et donc s’est inspiré se sa propre tragédie pour ce comics émouvant. C’est d’ailleurs finalement J.M.Straczynski qui s’occupera du scénario de la version définitive de la série.

FALLEN SON nous propose donc de suivre le deuil de Captain America à travers les yeux de ses anciens alliés, de sentir le vide laissé par cette figure emblématique abattue sur les marches d’un tribunal. De la suscpicion provoquée par cette tragédie ( certains ne peuvent croire en cette nouvelle consternante ) à la colère que suscite l’impuissance de cette tragédie. On y découvre aussi un Spiderman profondément touché et bouleversé par tout cecla, et un Tony Stark qui va devoir composer avec un léger sentiment de culpabilité, suite à la Civil War que son soutien au projet de loi de recensement à provoqué. C’est toute une page de l’histoire des comics qui se tourne, une page idéaliste et souvent naïve, pour plonger plus avant encore dans le cynisme et la cruauté des temps modernes. Il est toujours plus difficile de trouver des motifs pour rêver, et la Marvel est claire est sur ce point. Les dessins sont confiés à cinq artistes différents, pour les cinq parties, mais sont toujours de haute qualité, avec mention particulière pour le travail de David Finch sur Spiderman, et l’inusable John Romita Jr, qui fourbit ses armes avant le méga événement World war hulk. Tout simplement incontournable pour tous ceux qui ont pris plaisir à cette Civil War. (7,5/10)

Publié dans COMICS

Commenter cet article