DIMANCHE LUGUBRE POUR LE CALCIO

Publié le par DEVOTIONALL

Un dimanche bien lugubre vient de s'achever, pour la série A. Jusqu'où faudra t'il descendre pour toucher la fange du doigt et pouvoir s'en débarasser?

Et voilà, ça recommence. Nous y sommes encore. Dimanche se jouait la douzième journée de championnat italien de série A. En matinée, les supporters ( ? ) de la Juventus se rendent par l’autoroute à Parme pour suivre leur équipe. Après une pause dans un autogrill ( la chaîne de restauration rapide sur les aires d’autoroute ) ils identifient un groupe de tifosi de la Lazio ( dont un pseudo célèbre  DJ de 26 ans ) qui fait route pour Milan, pour le match Inter-Lazio. Le lynchage commence alors, et l’aire de repos devient un territoire de guerre. Jusqu’à ce qu’un policier intervienne pour calmer les esprits, depuis l’aire de repos située sur le coté opposé. Une première balle est tirée en guise de sommation, sans provoquer aucune réaction. Mais quelques secondes plus tard, une seconde part accidentellement ( version de la police, démentie par des témoins qui parlent de coup de feu volontaire et bien visé )  et touche le jeune Dj romain, qui décédera quelques minutes plus tard suite à cet incident regrettable. Dès lors, un vent de folie pure s’abat sur la péninsule.
Vu les débordements tout de suite consécutifs à cet incident, la fédération ( un ramassis d’incapables juste aveuglés par le profit ) aurait du suspendre l’ensemble des rencontres du dimanche, et pas faire du cas par cas, quand la violence devient trop forte. A Milan le match est annulé. A Bergame il débute mais au bout de sept minutes les ultrà locaux décident de pénétrer en force sur le terrain et tentent de pulvériser les protections qui les en empêchent. Match suspendu. Le soir, c’est la guerre urbaine à Rome. Les tifosi romanisti e laziali, d’habitude ennemi, trouvent un ennemi commun : les forces de l’ordre. Les voici donc associés dans leur folie, leur connerie congénitale, et ils vont brûler des commissariats, incendier le siège de la fédération olympique, envoyer des agents à l’hôpital à coups de barres à mine. Enfin, soyons précis. Pas des tifosi : des ULTRA, c'est-à-dire cette frange de désoeuvrés, d’handicapés mentaux qui ont transformé de simples groupes de supporters en organisations paramilitaires, à coup de fumigènes, bombes artisanales, cache col sur le visage ( et capuche, le courage n’a jamais été leur fort ). Ces groupes sont politisés, et ils font aujourd’hui la loi dans beaucoup de stades, sous le regard des clubs, complices.
Pour eux, le dimanche, ce n’est pas calcio, mais règlements de compte. Le stade n’est pas un lieu sportif, mais une tribune politique. Il est d’ailleurs à souligner que le gouvernement ( de gauche, ceci explique cela ) a commis une tragique erreur ces temps derniers. On a certes tenter de réprimer les groupuscules d’extrême droite ( Lazio, Atalanta, Verona, Inter ) et puni Di Canio ( ex capitaine de la Lazio ) pour son salut fasciste à la fin d’un match, mais personne n’ose touché aux groupuscules d’extrême gauche, ou anarchistes, encore plus nombreux et violents, et qui bénéficient d’une étrange et coupable immunité. Ainsi dans des villes comme Livorno ( le siège italien du PC ) on joue de la matraque contre l’adversaire avec des T shirts à l’effigie du Che, qui n’a rien d’un philanthrope ou d’un saint non plus. Le conflit n’est plus sportif, mais politique. Le seul ennemi commun de ces gens, celui qui fait qu’ils finissent par s’unir enfin… c’est lutter contre les forces de l’ordre, contre l’Etat, qu’ils jugent coupable de leur misère quotidienne. Pauvres cons.
Sachez juste que les policiers italiens, sous payés de manière ridicule ( entre 1300 et 1600 euros par mois après de nombreuses année de service ) passent leurs dimanches après midi en tenue anti émeute et risquent régulièrement leur vie, pour des primes de risques de… 26 euros par match ! En contrepartie, ils sont couverts d’insultes ( le coté soft ) ou caillassés et pourchassés ( ce dimanche par exemple ). A quand une grève générale, quand vont-ils renoncer à assurer une protection et perpétrer ce phénomène ? Tout ceci perdure car sont en jeu des intérêts financiers colossaux. Personnellement j’adore la série A, je suis tifoso du Milan AC. Mais dans ces conditions je préconise l’arrêt du championnat, sa suspension dès le prochain incident contre les forces de l’ordre, ou au minimum l’exclusion immédiate du tournoi de l’équipe dont les ultrà défieront les forces de l’ordre. Je suis pour la dissolution immédiate de ces groupuscules, l’expulsion immédiate des enceintes sportives avec interdiction de 10 ans d’y retourner pour tout individu cagoulé ou masqué au stade, ou propageant des idées ou des concepts politiques, de quelque bord que ce soit. Les familles, les tifosi normaux, les amateurs de beau jeu, doivent retrouver leurs enceintes naturelles, nous devons revenir à une époque plus simple et plus saine, où le culte de la personnalité, du surhomme violent et de la force souveraine ( Materazzi, Chiellini, eux aussi sont des fils et des scories du système ) serait bannie. Et si seule la force pourra briser le phénomène ultra, alors que tournent les matraques et que s’ouvrent les crânes de toutes façons vides de ses crétins dangereux. Je suis pour le grand nettoyage, ou l’interruption du calcio sur le sol italien, ou européen.
Sans oublier que justice doit être aussi faîte s’il s’avère que les coups de feu tirés visaient bien à frapper la cible. Et la justice, cela ne se rend pas le visage cagoulé avec une barre à mine.

gue.jpg
Atalanta-Milan reportée : Les fauves sont lâchés

Publié dans devotionall

Commenter cet article

DEVOTIONALL 13/11/2007 22:10

Cette fois, c'est au tour de superoman : tu t'es vu quand t'as bu ?

Superoman 13/11/2007 21:43

Quand on y pense, c'est pas un dimanche si lugubre que ça, c'est vrai, il a permis au Milan AC de reporté une énième défaite...je dis bien reporté...