LES MONEGASQUES ONT DE L'HUMOUR

Publié le par DEVOTIONALL

Dans quelle contrée reculée du globe, dans quelle république bananière un individu peut-il risquer de faire concrétement de la prison, pour avoir simplement affublé la classe dirigeante d'un nez rouge, sur son propre site internet? Je vous laisse deviner, et j'entends déjà vos réponses qui fusent : Une obscure nation sud américaine? La chine ? Un émirat du moyen orient? Que nenni, que nenni, ce fiat très peu relaté sur les gazettes françaises est propre... à la principauté de Monaco et la dynastie des Rainier, qui n'a pas aimé la plaisanterie, pourtant bien proche de la réalité. Dans un premier temps, la (pseudo) justice locale avait demandé de la prison ferme pour le trublion, mais dans un sursaut de bon sens, l'honneur est finalement sauf : Marc Giacone est finalement généreusement relaxé. Voici les faits :

Marc Giacone, dont le site Web, Monaco Politic Circus, brocardait l'ensemble de la classe politique monégasque, est également relaxé des accusations d'injure à l'encontre de la majorité des personnalités visées.  Cette clémence a toutefois des limites : l'homme est en revanche condamné à 2000 euros d'amende pour ses propos sur l'archevêque de Monaco et le ministre de la Justice de la principauté. Pas de prison ferme, ce qui reste quand même le principal dans cette aventure absurde. 

Le Monégasque de 53 ans, organiste dans une chapelle de Monaco au moment des faits et démis de ses fonctions depuis, risquait pour l'ensemble des faits une peine de six mois de prison ferme requise lors de l'audience du 7 août. Le procureur avait estimé que le prévenu avait "dérapé gravement et basculé dans la diffamation". "C'est la première fois qu'on va si loin dans une atteinte au souverain", avait-il affirmé. Et pourtant, il y aurait de quoi dire et de quoi parodier. Mais l'exercice semble prohibé chez nos amis les nobles.

L'auteur du site internet à l'humour assez grossier, dont l'accès direct avait été suspendu au bout de quelques jours, s'était excusé et avait tenté de justifier sa démarche : "Je n'avais l'intention de faire qu'une imitation, certes mauvaise, d'un Charlie Hebdo monégasque". "Je suis rassuré de voir que la justice de Monaco fonctionne normalement comme dans tous les Etats de droit", a réagi Marc Giacone, soulagé, à l'énoncé du jugement.  Son avocat a constaté, avec satisfaction, que "la justice monégasque s'inscrit dans l'évolution du Conseil de l'Europe" dont la principauté est membre depuis octobre 2004.  Mais le simple fait que la prison ait été requise dans un premier temps suffit pour jeter le discrédit sur la liberté d'opinion dans la principauté. Comme quoi le sens de l'humour, et la tollérance, ne sont pas des choses qui s'achètent si facilement.


Comment faire six mois de prison avec Photoshop ?
Très simple : 
Devenez résident monégasque et affublez cet individu
d'un nez rouge bien voyant. Pouet Pouet !

Publié dans devotionall

Commenter cet article