X-MEN : TORN

Publié le par DEVOTIONALL

Mais que font les mutants, actuellement ? Bonne question, à laquelle je vais essayer de répondre briévement, en évoquant deux arcs narratifs qui sont en cours de publication en VF chez nous. Je débuterai avec le meilleur, dans les pages de la revue mensuelle Astonishing X-MEN, et que j’ai eu la bonne idée d’acheter en VO sous forme de trade paperback ( album relié de collection ). Il s’agit de la mini série TORN. Déchiré, en français. Pour une fois, l’ennemi n’est pas tellement un gros malabar ou une race extra terrestre, mais les talents de télépate d’un redoutable ennemi ( que je vous laisse découvrir ) qui met à mal nos mutants en les confrontant à leurs plus grandes peurs, en les annulant psychologiquement. Wolverine devient plus peureux qu’un gamin de cinq ans et le Fauve regresse à l’état de bête sauvage. Cyclope se retrouve plongé dans un coma végétatif, et Kitty Pride voit son enfant ( imaginaire ) sacrifié par son père, un Colossus cynique et inhumain. Rien de ceci n’est vrai, tout se joue à un niveau purement mental, orchestré par le rythme très soap opéra de Joss Whedon, et les dessins fort agréables de John Cassaday . Bref un bon album qui se laisse lire avec plaisir.
Inversement, sur les pages de la revue mère des mutants, on n’a plus grand-chose à se mettre sous la dent. Les deux grandes sagas actuelles n’ont rien de folichon. Si le très long ( douze épisodes sur douze mois ! ) RISE AND FALL OF THE SHI-AR EMPIRE repose sur des bases interressantes et les dessins de Billy Tan sont objectivement soignés, l’action progresse au ralenti et on risque fort de s’ennuyer avant le dénouement prévu pour le printemps ! Du coté de SUPERNOVAS , par contre, qui vient de se terminer ce mois, c’est le néant le plus total. Scénario ridicule, adversaires pathétiques, dessins à l’emporte piéce, tout est fait pour précipiter le mensuel des mutants dans l’oubli le plus mérité. De la baston sans fondement, des rebondissements incompréhensibles et une conclusion hâtive et superficielle,
En somme, vivement que les dernières sagas publiées aux States arrivent jusqu’à nous : Endangered species, puis The messiah complex. Pour le moment, les X-men sont un peu au creux de la vague, pour n’avoir pas vu leur potentiel exploité suite aux événements de Decimation ( de plusieurs millions de mutants, nous sommes désormais à 198, suite à une disparition tragique et mystérieuse de leurs pouvoirs ). Il faut bien de la fidélité et de l’indulgence pour suporter le présent. Il va falloir y croire…


Mais que deviennent les mutants en ce mois de novembre ?

Publié dans COMICS

Commenter cet article