Le billard

Publié le par Devotionall

Suite à la méchante nevrite sur laquelle je ne reviendrai pas, j'ai du réapprendre et revoir tout mon sens de l'équilibre et du placement dans l'espace. Un peu comme reconfigurer un PC après un plantage regrettable. Ainsi mes premières tentatives de jouer au billard se sont elles soldées par de piètres exhibitions.

Qu'à cela ne tienne, à force d'insister, tout finit par revenir, et me voici de nouveau quasi imbattable sur le beau tapis vert. J'aime le billard pour son analogie évidente avec notre vie quotidienne, à tous. Il suffit de la plus infime rencontre d'une boule avec une autre, de la plus infime des déviations pour que les conséquences les plus inattendues puissent surgir. chaque erreur ou chaque imprécision ouvre la voie à une variante ignorée au départ, dont dépendront les coups succéssifs.

La rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule, c'est un peu comme la boule blanche qui vient casser le jeu, en début de partie. Bien malin qui pourra prévoir au millimètre près la disposition des boules rouges et jaunes, qui libérées du triangle des possibilités s'en vont s'ébattre joyeusement au royaume éphémère de l'existence. Chacune semble vivre d'une vie propre, se ficher de ses semblables, mais elles ont toutes, de la plus retorse et résistante, à la plus innocente et fragile, la même destinée : finir dans l'un des six trous pour aller mourir dans la poche du billard.

Certaines fois, au bord du gouffre, il suffit de l'interaction avec une autre boule, inopinément de passage, pour rendre vie à la sphère condamnée. D'autres disparaissent avec fracas à la suite d'une collision clinquante, d'autres encore glissent lentement, subrepticement, vers l'avide orifice. La table de billard se vide régulièrement de ses meilleurs éléments, et la boule blanche, cette faucheuse aux allures d'ange, continue de moissoner ses victimes. Si elle les effleurent, et se laisse tromper, et disparait à son tour, elle revient plus inéluctable que jamais, encore et encore.

Ce jeu a un sens si on prend soin de préserver la boule noire, qui doit descendre en dernier.  C'est cette règle qui me trouble le plus. Dans notre existence, il n'existe pas de boule noire, ou si il en existe une, qui est elle? Je pense fermement que la religion, l'espoir, ou l'amour, sont autant de boules noires, plus ou moins réelles, que l'homme a disposé sur le billard de son destin, afin d'en codifier les règles, et de se donner l'illusion d'y jouer une partie pour l'éternité. Mais si par malheur il vient à la faire descendre dans la poche du billard, le jeu n'a plus de raison d'être, il est toujours possible de s'amuser à rentrer les boules restantes, mais l'architecture globale de la partie, ce qui la rendait passionate et méritoire d'être suivie, tout cela n'est plus.

Comme la majeure partie des individus est incapable de rentrer toutes les boules en un seul coup, ou de réaliser des coups si spectaculaires que le joueur moyen reste saisi d'admiration devant tant de maestria, il ne faut pas s'étonner de l'insignifiance du genre humain. Quelques joueurs d'exeption ne suffisent à racheter un peloton de médiocres tâcherons. Dernier point à eclairer? Mais qui est notre adversaire, à ce jeu cruel? Le temps, les ans qui filent et affolent. Avant de placer votre prochain coup, observez bien votre adversaire, car même si vous pensez avoir une main favorable, n'oubliez pas qu'une boule à peine effleurée peut entrainer les conséquences les plus inattendues. Lorqu'arriveront les dernières boules du jeu, lorsque la boule blanche n'aura plus que quelques rares cibles choisies, lorsqu'elle n'aura plus qu'une unique cible désignée, qu'elle entamera sa trajectoire funeste, saurez vous percevoir le léger entrochequement des deux sphères, qui vient sceller l'acomplissement d'une tragique vérité?

 

PS : Cela dit, je défie quiconque de me battre au billard, avis aux amateurs.

Publié dans devotionall

Commenter cet article

ANONYME 11/04/2007 20:44

si tu passes pas tres loin de Châtellerault dans la Vienne( 86).Je peut te faire voir ce que c'est le billard a un niveau un peu élevé.je suis a la 350ème place sur 13000 lisenciés dans la france.si tu veux va sur mon blog et tu as mes coordonnées.a+