PFIZER GUERIRA L'AFRIQUE ?

Publié le par DEVOTIONALL

De nombreuses familles nigérianes ont porté plainte contre la firme pharmaceutique Pfizer devant une Cour américaine, à Manhattan. Elles reprochent à la firme d’avoir tué 11 enfants et causé des dégâts cérébraux à 35 autres en expérimentant un antibiotique, baptisé Trovan, contre la méningite, au Nigeria. En 1996, au plus fort de l’épidémie de méningite qui a fait près de 15 000 morts au Nigeria, le groupe pharmaceutique a expérimenté ce médicament sur 200 enfants dans la région de Kano, au nord du Nigeria. Selon les familles nigérianes, cette expérience a coûté la vie à onze d’entre eux.

Les parents de sept victimes de cette expérience malheureuse ont décidé de citer Pfizer en justice . C’est le " Washington Post " qui a révélé cette affaire. Selon ce journal cité par " Nigeria Daily " la firme pharmaceutique n’a pas eu l’approbation du Comité d’éthique médical nigérian, comme l’exige la loi américaine. Pfizer avait annoncé, il y a quelques mois, son intention de coopérer entièrement avec les autorités nigérianes pour régler cette affaire à l’amiable et indique que ce médicament a guéri de nombreux enfants. Devant le silence observé depuis par Pfizer, les familles nigérianes ont préféré saisir la justice américaine.

Le Trovan, connu aussi sous le nom de Trovafloxacin, a été validé par les autorités médicales américaines en 1997 pour traiter une large variété d’infections. Cependant, ce médicament, administré oralement, a des effets secondaires très nocifs pour le foie et son utilisation a été très restreinte en 1999.

La grande question qui se pose est donc la suivante : au nom de la recherche et du fait que des individus semblent de toute manière à priori condamnés, à t'on le droit de jouer aux apprentis sorciers, ou en tous les cas d'expériementer sur des cobayes humains sans avoir à répondre des effets néfastes? La question n'est pas si innocente, car sans tentative grandeur nature, il n'est pas forcément toujours possible de maîtriser tous les paramètres d'un médicament. En France, des personnes peuvent se faire payer pour devenir " sujets test " à l'hopital, et se faire suivre durant tout le traitement expérimental. Comme cela coûte cher, Pfizer semble avoir trouvé une bonne idée : économiser avec les malades africains, qui seront déjà bien heureux qu'on s'interesse à leur sort. Economiquement parlant, une idée du tonnerre, éthiquement parlant un désastre et une folie, mais gageons que dans le procès final qui s'ouvrira cette semaine, entre gros sous et pouvoir économique de la Pfizer, et la moralité défendue par une poignée de nigérians et leurs avocats, la justice, qui est vraiment aveugle, comme chacun le sait, saura trancher sans trembler.
 


Chez PFIZER, on n'utilise plus de souris...

Publié dans devotionall

Commenter cet article