guerre mondiale

Publié le par Devotionall

Devant la progression effarante de l'echec scolaire, voici pour vous, amis cancres, lecteurs des técis et mollusques de BEP, Devotionall te fais réviser l'école.
 
Aujourd'hui, HISTOIRE : LA SECONDE GUERRE MONDIALE
A l'origine de cette seconde guerre mondiale se trouve un humble et obscur peintre autrichien, Adolph Hitler, qui dans les années vingt n'en finissait plus de se ramasser veste sur veste au moment de vouloir echanger ses fluides corporels avec les individus du sexe féminin. Les coquinnes préférant de loin les riches banquiers et autres pointures de l'économie, notre pauvre hère en conçoit une haine farouche pour tous ceux qui disposent de capitaux, c'est à dire à l'époque les juifs. Tout empreint d'une fuhrer destructrice, il decide momentanément de fonder un groupe de fusion métal avec des amis de fac, dont J.Goebbels à la batterie et H.Himmler à la basse. C'est la création des Rammchtein, appelés aussi en allemagne les SS ( Super Star ). Le groupe caracole bien vite dans les charts de l'époque avec une musique indu d'avant garde, et les concerts sont pyrotechniques : fours gigantesques dans lequel finissent les spectateurs les plus prompts à pogotter, jet d'acide de la part du chanteur lui même. Les produits dérivés se vendent comme des petits fours, et la fameuse étoile jaune symbole du Nacht und Nebel Tour de 1938 s'arrache à Berlin. Les membres du groupe entrent alors en politique et sont élus à la majorité des votants pour redresser la situation économique catastrophique de l'allemagne.
Pour ce faire, nos compères vont déclarer la guerre à la France, qui refusent déjà à l'époque de baisser la taxe sur les vinyls, pour protéger les rockeurs hexagonaux comme C.Trenet ou D.Rivers, à l'époque agé de quarante ans. De nombreux groupes tenteront alors d'émuler les Rammchtein, et s'enfermeront dans de nouveaux studios crées pour l'occasion un peu partout sur le territoire alemand, mais très peu en sortiront vivant : le stress et les conditions de travail épuisent jusqu'aux plus courageux.
Les français, armés d'un courage à toute epreuve et d'une indestructible volonté toute gauloise, s'opose fièrement à l'envahisseur, refusant de céder Noirmoutier et l'île de Ré, se contentant de livrer Paris et les zones au nord de la Loire, par l'intermédiaire du patriote Pétain. Ce dernier, organise la résistance en boycottant courageusement les saucisses de Francfort et l'eau de Cologne, mais doit tenir compte de brebis galeuses comme deux intrigants : Le Général De Gaulle qui après avoir acheté un charmant cottage en angleterre avec chauffage central et climatisation, envoie un million de sms codé à tous les clients de SFR et Itineris ( à l'époque ce n'était pas encore Orange, bande de nigauds ! ) au nom de la résistance; et aussi un certain Jean Moulin, ecrivain, auteur d'une serie de lettres publiées sous le titres de lettres de mon moulin.
Mais les Boches, come on les appellent en référence à la fameuse percée de la Marne ( de la l'expresion, une percée de Bosh, puis la perceuse du même nom ) semblent destinés à la domination du monde. Les français ont alors une idée de génie, un chef d'oeuvre de stratégie et d'audace qui surprend tous les observateurs : ils attendent l'entrée en guerre des américains.
Dès cet instant, la guerre est fini. Les G.I américains, emmenés par le colonnel Joe, débarquent en Normandie,où ils trouvent des allemands surpris et décontenancés : les idiots avaient oublié de vérifier les réservations hôtelières, sans quoi le débarquement pouvait encore être repoussé. Furieux de ne pas trouver assz de chambres avec toilettes incorporées, les ricains battent à plate coutue les allemands ( comme le dira à l'époque Jurgen Klinzman, officier SS : Sie sind maraven die groz guele von boch; ils nous ont bien maravé notre grosse gueule de boche ).
Bombardements de Burger sauce texane, attaque surprise de Captain America; il n'en faut pas plus pour sceller le destin de l'Europe et du monde : désormais nous serns tous américains. Tony Parker ne jouera jamais aux Spurz de Francfort, Zylvester Ztallon ne tournera jamais Die Rocky IV et ne mettra jamais une rouste à son rival breton Ivan Dragon. Les coureurs du Tour de France ne se jetteront pas une bonne bierre à l'arrivée de chaque étape, et surtout on ne sera pas obligé, chers cancres, de se taper toutes les déclinaisons à la con et les mots de soixante lettres de la langue allemande. En signe d'allégeance, vous reprendrez bien un petit Mac Bacon pour la route?
Hitler se suicidera, terrassé par la drogue et le suucès qu'il n'arrive plus à gérer. Le telechargement illègal des Rammstein sera jugé à Nuremberg au cours d'un procès mémorable où Napster sera contrain à fermer boutique, au beéfice de Die Mulen, un logiciel concurrent.
Afin que plus jamais cela ne se reproduisse, méfiez vous des disques aux titres suspects et des petits moustachus : il faut vraiment être un psychopate en puissance pour arborer un tel pastiche pileux, ou bien un écolo sur le retour. Demain, interrogation ecrite. Bonne récréation.

Publié dans devotionall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aless 21/11/2005 20:02

et un petit pétage de plomb pour josé...
sans rancune non plus,
Alex

Carole 16/11/2005 10:03

Je disais que j'aimais bien te lire... mais là, est-ce censé être drôle?
Sans rancune,
Carole