LES PETITS BEURRES EN AMERIQUE

Publié le par DEVOTIONALL



Quand j'étais plus petit, ma mère avait souvent l'idée de nous faire un gâteau qui ressemble beaucoup à un tiramisù à la nordiste. Le mascarpone est remplacé par du beurre, et les savoyards sont susbstitués par des gâteaux petits beurre. De LU. C'est là que le discours se fait intéressant. Ces fameux biscuits qui ont vu le jour à Nantes sont une des fiertés et des spécialités made in France. elles font encore vivre 9 entreprises et 8000 salariès en 2007, sur le territoire national. Alors, shoking, la nouvelle du rachat par Kraft, le grand concurent américain de Lu? Et quel avenir pour les petits biscuits et nos cookies frenchies ?

Voici ce qu'on nous dit de KRAFT : Kraft Foods est le numéro un mondial du biscuit depuis son rachat de Nabisco en 2000. Danone ( Lu est une des marques de Danone, soulignons le ) est lui le deuxième acteur mondial avec 36 usines. Danone est l'un des leaders mondiaux de l'industrie agroalimentaire. Présent dans environ 120 pays, le groupe compte près de 90.000 salariés. Il occupe des positions de premier rang sur ses trois principaux métiers : les produits laitiers (numéro 1 mondial), les boissons avec principalement l'eau conditionnée (numéro 1 mondial) et les biscuits et produits céréaliers (numéro 2 mondial). La division biscuits a représenté 15,6% du chiffre d'affaires global de 14 milliards d'euros en 2006.  Ce qu'on ne nous dit pas, c'est que Kraft a en 2006 perdu près de 8000 emplois, soit près de l'ensemble des salariès Lu en France. Ceux qui sont encore capables d'ajouter un et un comprendront vite ce qui attend les salariés des petits biscuits, malgrè des promesses de trois ans sans plan social.


    Oh un petit beurre! ( bientôt collector )

 En 2005, KRAFT avait fermé trois usines en France, deux à Strasbourg et une au Havre. Comment donc une compagnie qui a démontré de ne pas être capable de maintenir sa main d'oeuvre en poste sur le territoire, peut-elle acéder à une nouvelle marque historique, en sachant pertinnement qu'elle procédera rapidement à des retouches à la baisse des effectifs, sur l'autel de la productivité? L'aventure du Petit Beurre a commencé rue Boileau, à Nantes, dans une pâtisserie fondée en 1846 par Jean-Romain Lefèvre et Pauline-Isabelle Utile, partis tous deux de la Meuse pour s'installer en Loire-Atlantique. De leurs noms naîtra l'enseigne Lefèvre-Utile (écourtée plus tard aux deux lettres Lu). La pâtisserie connaît une grande popularité auprès des nantais, puis de tous les français. Très prochainement donc, et après avoir vanté dans des pubs TV de savoir produire des cookies que même les américains nous envient, cette marque passera sous le giron de l'empire de la mal bouffe ( le coté obscur de la force ? ) et du cholestérol dominant, avant de s'éteindre moribonde sous les plans sociaux. François Fillon, lui, nous rappelle le même jour l'objectif gouvernemental des 5% de chômage dans 5 ans. Ne comptez pas sur les petits biscuits nantais pour amorcer cette bonne tendance...

                                                          LU Petit Beurre
                                                Depêchez-vous, y'en aura pas pour tout le monde!



L'histoire du
petit beurre de LU

Commenter cet article