LES NANARDS SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT

Publié le par DEVOTIONALL

Les NANARDS sont des films dont la qualité artistique ou la valeur en tant qu'oeuvre cinématographique ( ou les deux ) avoisinnent le zéro absolu. Certains nanards sont finalement assez droles, si on les prend au second degré, ils peuvent même devenir cultes chez le public bo-bo qui se refilent les dvd sous le manteau. Le cinéma actuel, où les enjeux économiques sont primordial et où les réalisateurs ont tendance à abaisser leur discours au plus bas pour réaliser des films populistes à l'extrême, est truffé d'exemples. Fast and furious, Brice de Nice, la plupart des blockbusters américains ( ah l'excellent Ghost Rider... ) sont de bons exemples. Mais très souvent , les nanards sont identifiables car ils ont un numero de série. C'est ainsi que nous trouvons, rien qu'en ce moment:

SHREK III

Shrek est une créature verte répugnante qui vit dans un monde fantasy un peu décalé, et la série de ses aventures repose sur ce théorème : il ne faut pas dire du mal de cette série car les studios Dreamworks ont recruté des doubleurs célèbres ( Chabat pour la France, Mon Dieu c'est effroyable ) et la plupart des critiques ont eu pour ordre de mission de produire des chroniques dythirambiques. En réalité Shrek a la consistance d'un pet au petit matin, un simple divertissement anecdotique, et la recette s'épuise bien vite. L'opus number 3 est franchement agaçant et ne mérite que les oubliettes du cinéma, au plus vite. 

OCEAN THIRTEEN

Au départ c'était Ocean eleven, soit onze. Mais on s'est fait arnaquer, nous aussi. En contribuant au succès du film de Soderberg, on a signé pour Ocean Twelve, puis Thirteen , puis dans quelques années Twenty, à moins que George Batman Clooney ne finisse en maison de retraite d'ici là. Des bandits de haut vol trafiquent et sévissent dans des casinos. C'est une intrigue plate comme Ségolène, fade comme un verre d'eau et usée jusqu'à la corde. C'est aussi truffé de sex symbols hollywoodiens pour racoler le public féminin. Absolument merdique.

PIRATE DES CARAIBES III

Encore et encore. Johny Depp est un pirate gentil dont les aventures commencent à sentir bon le jambon frelaté. Jusqu'au bout du monde, affirme le troisième volet. C'est en fait déjà un miracle si le spectateur arrive jusqu'au bout du film. Il faut sauver Jack Sparrow le pirate, voilà pour l'essentiel du scénario. Il faut sauver aussi la décence, et dénoncer ce type d'étron cinématographique. Heureusement, il y a un numero de série qui permet d'éviter le pire!

Mais aussi : 

DIE HARD IV

Bruce Willis va tout péter. Des kilos de dynamite lui explosent dans la face, mais il sort de là à peine décoiffé. Cela dit cela s'explique aussi par sa calvitie. Du grand cinéma : où l'art de faire un film sans avoir de scénario.

HARRY POTTER

Les aventures du magicien qui découvre les joies de l'onanisme ( la branlette, pour les incultes ) avec sa baguette continuent. Là le numero de série n'est pas apparent, alors c'est plus sournois. Mais notre blog est vigilant, et vous avertit : prenez vos précautions avant!

Sur ce, je me concède un bon moment de détente et de réflexion avec le dernier ROCKY ( le six ), où l'ancien champion du monde des poids lourds devient champion intercontinental des poids lourdingues. Normal quand on a l'oeil du tigre! Alors comment faire pour éviter de tomber dans le piège insidieux des nanards? C'est très simple : garder un bon esprit critique, et fréquenter ce site qui vous évitera d'autres mésaventures avec votre grand ( ou petit ) ecran. Merci qui?


SHREK number three : N'en jetez plus, y'en a marre!

Commenter cet article

Carole 19/08/2007 20:18

  J'ai BEAUCOUP aimé Die Hard IV et j'ai été immensément déçue par Ocean's Thirteen...

Tommawack 02/07/2007 23:00

Bien d'accord avec toi pour tout, sauf pour les Harry Potter. là où les autres diluent une histoire sans grande nouveauté, HP échappe à la logique car les films tirés de bouquins qui sont de mieux en mieux au fur et à mesure.