L'atelier des peinturiers : DE CHIRICO " Hector et Andromaque "

Publié le par DEVOTIONALL

Giorgio De Chirico est un des grands peinturiers italiens du XX° siècle. Il débute son éducation intellectuelle dans les années 1900 en étudiant la philosophie à Munich, où il admire les œuvres d’Arnold Böcklin, dont l’influence détermine son style, entre mythe et réalité. Il part ensuite pour Paris, et fait la connaissance à la veille de la guerre de Pablo Picassoet de Guillaume Apollinaire. Les œuvres qu’il exécute sont peuplées de mannequins inquiétants, et sont des reflets de l’inconscient.

Peu de temps après, réfugié à Ferrare, le peintre fonde avec Carlo Carrà la « peinture métaphysique ». En 1918 est créé le mouvement « Valori Plastici », qui compte également le peintre des natures mortes figées dans l’éternité, Giorgio Morandi. C’est la période du « retour à l’ordre », que connaissent la plupart des artistes européens au lendemain de la guerre. De Chirico a la révélation de l’art classique et s'en prend violemment à l’expressionnisme et au futurisme.

De plus en plus marqué par la philosophie de Friedrich Nietzsche, De Chirico expose à Paris ses toiles, dans lesquelles les surréalistes, qui cherchent à s’approprier son œuvre, remarquent les « signaux de l’inconscient ». Par la suite, De Chirico se rapproche de plus en plus d'un réalisme à la Courbet, et peint des portraits et autoportraits où transparaît l’influence de Rubens, comme dans ses peintures de chevaux.
A la fin de sa vie, De Chirico se consacre au décor de théâtre, aux portraits et natures mortes réalistes, et exécute quelques délicates sculptures en métal poli. Il meurt à Rome en 1978, à l’âge de 90 ans.

Chirico - Hector et Andromaque

Retour à l'époque de la guerre de Troie. Le plus valeureux des troyens, Hector, s'apprête à relever le défi suprême, le combat contre Achille, fer de lance des grecs. Il faut dire qu'il a tué le meilleur ami de ce dernier, Patrocle, et s'attend donc à un reglement de compte sanglant. Hector, sur cette toile, sert dans ses bras son épouse, andromaque, qui s'abandonne dans ses bras, desespérée. Hektôr ! Tu est pour moi un père, une mère vénérable, un frère un époux plein de jeunesse ! Aie pitié ! Reste sur cette tour : ne fais point ton fils un orphelin et ta femme veuve. Telles sont ses paroles pour retenir son époux. Mais ce sera en vain, car Hector finira déconfi et son cadavre sera trainé le long des murs de Troie par un Achille particulièrement en colère.

Dans le tableau « Hector et Andromaque » peint par De Chirico en 1924, on voit un thème mythologique qui est abordé par une iconographie à la fois classiciste et métaphysique. Derrière les deux personnages, on peut voir des bâtiments et des chevaux alors que dans ce même tableau refait en 1946 ( sur notre ilustration ci dessus ) sous une influence surréaliste, Hector et Andromaque sont tous deux représentés en mannequin métaphysique. Les formes sont beaucoup plus géométriques, plus nettes et il n’y a aucun décors derrière eux. La force du symbole a dissous la réalité, qui n'a de sens réel qu'à travers le drame d'images fortes et qui se suffisent à elles mêmes.

Commenter cet article