SARKO PREMIER ACCEDE AU TRONE

Publié le par DEVOTIONALL

CHRONIQUES D'UNE ELECTION DANS UN ROYAUME CORROMPU

10 heures

Calme matinée doménicale en cette journée d'election pour le titre de Roi de France. Certes le roi pourrait aussi être une reine, mais les dernières projections faisaient état d'un sacre qui restait à officialiser : celui du baronnet de Hongrie, Sarkozy premier, qui viendra relever le sceptre du roi Chirac II, qui s'est éteint en silence dans sa chambrée moelleuse de l'Elysée. Sarko I a eu l'opportunité d'en découdre avec la jouvencelle alsacienne Royal Première durant le débat classique de toute bonne télécratie. Les deux ont rivalisé d'ingéniosité : elle en attaquant son rival avec une agressivité qu'on ne lui soupçonnait pas, lui en feignant de garder son calme et en rappellant que le royaume a besoin d'un champion aux nerfs d'acier. Ce qui franchement, a bien fait sourire sous cape de la part d'un agité du bocal de son espèce. Votre serviteur, à l'abri de ces turpitudes dans sa seigneurie du Comté de Nice, hésite encore. La scène émouvante, durant de récentes épousailles auquel je fus convié, qui vit une poignée de petits bourgeois parvenus ( dont un certain marquis de Tarin, à ce qu'il semble... ) porter un toast à "Segolène", à son triomphe, inch allah ( je cite textuellement ) m'a profondément fait réevaluer la necessité de se méfier des socialistes révolutionnaires. Le royaume a besoin d'ordre, les sarrasins seraient déjà à nos portes, et les ottomans reclament l'union sacrée avec la France. Abstention, quand tu nous tiens!

14 heures

Notre favori, le preux chevalier Bayrou, a été désarçoné lors de la première joute de ces elections. Toutefois son style, sa verve, son panache, ont séduit moult concitoyens qui regrettent ( et j'en suis ) qu'il n'ait pas l'opportunité, en ce beau dimanche, de planter sa lance aiguisée dans le poitrail découvert de Sarko Premier. Loin d'être découragé, Bayrou sans terre prépare déjà une prochaine offensive en recrutant gueux et nobles coeurs épris d'aventures, et rêve de s'asseoir sur le trône de France. Pendant ce temps les crieurs publics n'en finissent plus de rappeller que chaque habitant du royaume se doit d'aller effectuer son devoir, en déposant un bulletin dans l'urne fatidique de la décadence annoncée. Je me poudre puis je sors faire une ballade dans mon jardin anglais avec certaine dame de compagnie de ma connaissance : Abstention, tu me tiens toujours!

18 heures

Les différents gazettiers du monde entier comencent à frémir : les premiers résultats du grand vote National vont être révélés, tout du moins en dehors des frontières du royaume. Les hispaniques, les transalpins, et nos voisins de la couronne belge, sans oublier les Prusses, peuvent eux rendre l'information publique sans craindre un courrou supérieur. Même le nouveau monde annoncera le résultat fatidique avant que nos fières campagnes soient informées. Cela dit, hier Sarko I virait en tête avec près de 55% des suffrages, ce qui laisse peu de chance à notre fermière révoltée. Le marquis de Tarin se coupera t'il le nez, en apprenant la lourde défaite de sa donzelle?

20 heures

Cette années, pas d'apparitions mystère du nouveau roi de France au journal télévisé, sous forme de morphing progressif ; pas de suspens non plus, il faut dire. La couronne passe donc dans les mains (petites) de Sarko Premier. Après le traditionnel tour de la capitale dans son carosse à vitres teintées, le petit Roi, comme on l'appelle déjà, entame une élocution vibrante et quasi parfaite, où il parle de changer la France, de tendre la main à tous, de sauver le royaume. Personne ne lui rétorque qu'il fut en charge des finances et de l'intérieur ces dernières années, dans un gouvernement ami, et que son bilan est des plus indigents, ou discutables. Sur les plateaux des journaleux, la future cour du roi se dessine : tous les prétendants viennent présenter leurs titres et se faire lisser les plumes. ils se pavanent, font la roue, se réajustent la fraise en gloussant de joie. Le marquis de Tarin, lui, se serait jeté du haut des douves de son châtelet en criant au vent " Amère destinée, tu te gausses de moi. Inch allah ".

23 heures

Tel un moderne Gutemberg, je rédige ces dernières paroles que je consigne à la postérité. Sur mon ecran de contrôle, j'entrevois trois jeunes partisans du nouveau roi, Sixtine, Charles et Marc Antoine, qui laissent déborder leurs hormones excéndentaires d'ados anoblis, et s'extasent d'une voix chevrotante, qui ne demande qu'à muer dans les prochaines années. Les générations futures sont donc sauves, le Royaume va retrouver sa grandeur. Sarko Premier est descendu de son fier destrier, grâce à l'echelle que lui a bien gentillement tendu son bouffon de service, et s'est adressé aux gueux regroupé Place de la Concorde. De nombreuses pointures du milieu artistique alternatif ( Enrico Macias, aih aih aih, Johny Ah que Halliday, citoyen suisse, ou encore Bigard, l'ex comique qui fait du poulet ) apportent leur modeste pierre à l'édifice, et postulent pour un role de bouffon à la cour. Cette nuit sera t'elle celle de la Saint Barthelemy? Le peuple français va t'il ressortir la guillotine, ou se contenter de manger de la brioche au lieu de pain noir? Tant de questions angoissantes dont les réponses ne tarderont pas à arriver. A suivre dans la vraie vie, jour après jour.

 

Et come nous sommes toujours à la pointe de l'actu, voici dévoilé un des prochains ministres du gouvernement Fillon : Bernard Tapie, Nanard, repris de justesse des geôles françaises, magouilleur de haut vol, et équilibriste politique, qui s'apprête à rentrer en grâce. C'est ça aussi, l'effet Sarko Premier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tommawack 07/05/2007 01:31

Ouaip, ce soir c'est un suppo et au lit...

Je ressort de cette election avec une frustration immense... Et un peu mal aux fesses.