BJORK "VOLTA" - SUPERCHERIE ISLANDAISE

Publié le par DEVOTIONALL

Le journal des culturés présente :

BJORK : VOLTA, SUPERCHERIE DU PRINTEMPS ?

"Je venais de réaliser successivement deux ou trois albums plutôt cérébraux, peut-être avais-je tout simplement besoin de m'en démarquer. Pour ce disque, je voulais juste m'amuser et faire quelque chose qui soit vraiment péchu et enjoué", a expliqué Björk, 41 ans, citée dans le dossier de presse de "Volta" (Barclay/Universal), le nouvel album de BJORK. Cerebraux, c'est le moins que l'on puisse dire : l'artiste islandaise était tombée dans l'abstraction, et se la racontait diva intouchable dans des concerts symphoniques aux places plus chères qu'un mois de loyer en plein coeur du vieux Nice. Mais là, elle revient, elle a changé : en tous les cas c'est ce qu'elle claironne...

"La race humaine est une tribu, je trouve qu'il faut arrêter de se prendre la tête avec les religions, a-t-elle estimé. Laissons tomber tout ça. Nous sommes tous des putains d'animaux, alors essayons plutôt de créer une sorte de beat tribal universel". Avec des reflexions aussi terre à terre, on pouvait s'attendre à un vrai album jouissif : que nenni ! La miss pense désormais que pour être une véritable artiste crédible, il faut se gargariser de vocalises à la limite de l'humainement soutenable et pousser toutes sortes de cris animalesques et primaires. Nul doute que tout ceci provoquera encore de belles séances d'onanisme intellectuel chez le public bourgeois bohème parisien, mais pour l'auditeur de base,séduit par la fraîcheur des premiers albums comme Debut, ou l'excellent Homogenic, il y aura mille et une raisons de revendre de suite le disque sur priceminister ou ebay. Mais faîtes vite, c'est une nouvelle supercherie, et ça va se savoir!

 
Bjork "Volta", nouvel album, nouvelle gueulerie !

Pour ce disque, la chanteuse à la voix totalement libre et toujours aussi particulière a réuni autour d'elle un ensemble d'artistes hétéroclite: le prestigieux producteur de hip hop américain Timbaland, le chanteur androgyne anglo-américain Antony, d'Antony and the Johnsons, le joueur de kora malien Toumani Diabate, le groupe congolais Konono n°1, la joueuse de pipa (luth chinois) Min Xiao-Fen ou une section cuivres de dix femmes islandaises. C'est très inter mondialiste, très José Bové et extrême gauche. Nul doute que nos amis dotés de dreadlocks crasseuses et affublés de grosses rangers malodorantes vont adorer ce coté roots, cete grande communion dans l'universelle embrassade de la musique du monde. Mais piocher sur les cinq continents n'est pas gage de qualité : ça hurle, ça caquette, ça jacasse, ça roucoule, mais rarement, ça chante et ça swingue. Mis à part le premier single Earth intruder, qui a des relents de Human Behaviour, un des tous premiers Bjork, le reste de l'album est dans la trempe du précédent, en pire encore, s'il est possible. La sugarcube d'autrefois semble s'être définitivement diluée dans ses prétentions artistiques discutables. Bjork a toujours autant envie de brailler, mais cette fois, ça sera pas chez moi! (5/10)

PS : Le premier journaliste qui utilise dans son article le terme "fée islandaise" se verra retirer sa carte de presse à vie : comment peut on encore ecrire les mêmes conneries, album après album?

Publié dans Journal des culturés

Commenter cet article

Robin 17/05/2007 17:41

Dommage de ne  pas remarquer une artiste qui se démarque un peu dans un paysage accoustique toujours plus conformiste et si peu renaissant. Certes certaines sonorités et quelques titres se répètent et n'apparaissent pas comme d'évidents tube pop-rock! et tant mieux, ça me fera des cd moins chers sur ebay!Au risque de paraître dérangée et tordue, c'est une des rares musiques qui me fais ressentir la complexité de la diversité des sentiments humains ; je comprends que tout le monde n'apprécie pas.

Jennifer 08/05/2007 23:24

Sans nul doute possible, supercherie ! Franchement elle hurle que j'en ai les oreilles ecorchées!

Tommawack 08/05/2007 16:50

C'est vrai que de plus en plus ca devient n'importe quoi...