FONCTION PUBLIQUE : TU NE BLOGUERAS POINT! (Blazers 77)

Publié le par DEVOTIONALL

Etre fonctionnaire, et avoir le droit de s'exprimer librement, sont-elles deux choses parfaitement compatibles? Dans l’administration, écrire un blog peut conduire à des fortunes diverses : publier un livre chez un éditeur connu ou faire l’objet d’une procédure disciplinaire pour manquement au devoir de réserve. Deux blogueurs en font l’expérience ces jours-ci. L’une est policière. Elle s’appelle Bénédicte Desforges et vient de sortir son livre, Flic : Chroniques de la police ordinaire aux Editions Michalon, écrit à partir de son blog. L’autre est prof en ZEP. On ne connaît pas son nom, ni son établissement d’exercice, mais il est poursuivi par son chef d’établissement qui lui reproche d’avoir manqué à son devoir de réserve. Depuis, il a fermé son blog.Une pétition de soutien est en cours de signature. Ce qui n'est pas sans rappeller, dans les grandes lignes, les mésaventures de Nukstrike, un de nos lecteurs habituels, dont le blog est dans notre liste de favoris, module de gauche, pour les distraits.

Les règles en matière de divulgation publique sur un blog d’informations liées à un milieu professionnel, sont loin d’être claires. Tout dépend donc des réactions, très diverses, que les supérieurs hiérarchiques du blogueur peuvent avoir en prenant connaissance de la publication. Ainsi plusieurs blogs, de policiers aussi, ont été fermés en catastrophe et ont valu des ennuis à leurs auteurs. L’Education Nationale semble se distinguer en la matière. On se souvient de l’affaire Garfield qui avait vu un proviseur de lycée manquer être destitué pour avoir raconté son travail quotidien sur un blog. Mais pourquoi cette crainte que la vérité nue, dénuée de ses fards, puisse nuire de la sorte à nos mammouths institutionnels?

Au delà de l’évident talent personnel de Bénédicte Desforges, la réussite de "Police, le blog d’un flic" est aussi à mettre en relation avec une administration bien plus ouverte qu’on ne peut le préjuger en matière de communication avec le public par l’intermédiaire des nouvelles technologies. Un petit coup d’oeil au site de recrutement de la Police Nationale est instructif et montre comment on peut tirer parti de ces outils de communication pour informer au mieux le public sur la réalité quotidienne d’un métier. Rien de tel dans l’Education Nationale, apparemment terrifiée à l’idée d’une communication non contrôlée de ses agents avec le public. Les expériences de blogs mis en place et soutenus par l’institution sont extrêmement rares et limitées, preuve supplémentaire du décalage impressionnant entre une société qui a profondément évolué et une institution éducative qui semble toujours vivre sur des modèles du siècle dernier.

Plus profondément, on peut se demander si ces sanctions ne sont pas le signe d’une administration développant le syndrome du bunker ; tout se passe comme s’il ne fallait pas que le public sache ce qui se passe réellement dans les classes et les établissements, comme s’il fallait préserver à tout prix l’apparence d’un mythe auquel plus personne ne croit par ailleurs. Ce qui est doublement amusant, en fin de compte, c'est que ce blog même, ce monument du net que vous fréquentez chaque jour, est tenu et rédigé en très grande partie ( voire dans son intégralité ) par l'enseignant que je suis. Certes mes expériences professionnelles et mes épanchements sur mon métier ne figurent pas au chapître de ce que vous pouvez trouver en ligne, mais il n'est pas exclu qu'à l'avenir je ne me sente pas dans le devoir de faire savoir certaines choses, au nom de mon droit à l'expression personnelle. Et il y aurait à dire. En attendant , tout bon fonctionnaire se doit donc de céder au syndrome Big brother, et partant du fait que son blog est fréquenté par ses supérieurs hierarchiques et ses collègues délateurs ( Nukstrike le sait bien : collègues et délateurs sont deux termes loin d'être antithétiques... ) il ne pourra donc que truffer ses récits de banalité et d'aménités variées. En plus c'est bien connu, tous des faignants, à peine 18 heures de cours par semaine et ça fait des blogs pour passer le temps : Ségolène, au moins tu as tout compris...

A quand 500 000 personnes pour la liberté d'expression?

                                                              

                                       Coté Blazers, nouvelle défaite de ce qui reste de l'équipe face aux spurs qui eux affutent leurs armes en vue des play off. C'est la neuvième fois consécutive que les Blazers tombent face aux texans. Tony Parker a réussi un match plein avec 30 pts et une belle réussite aux tirs. C'est Jack et Magloire qui ont tenu tant bien que mal la boutique, en l'absence des meilleurs joueurs de l'Oregon, tous à l'infirmerie pour des problèmes sérieux. Les problèmes cardiaques de Aldridge seraient causés par une forme secondaire du syndrome de Parkinson (!) qui vont necessité des soins urgents : saison terminée, mais à priori il sera de retour dès septembre prochain pour le training camp. Les Blazers continuent toutefois d'honorer le maillot avec courage, même si avec un effectif bien trop court pour des matchs comme ceux de cette nuit.

TP a brillé cette nuit : ça faisait longtemps...

SAN ANTONIO - PORTLAND   112 - 96

PTS : PARKER (San)   30

RBS : 7 joueurs avec 5 ( quelle défense...)

ASS : JACK   8

Bilan : 31V   46D

Publié dans Blazers

Commenter cet article

val 11/04/2007 23:37

Je me souviens qu'au début je parlais de mon boulot sur mon blog, j'ai un jour été aimablement avertie qu'il ne valait mieux ne plus en parler et effacer les  articles pour m'éviter des ennuis...et pourtant je bosse dans le privé...mais je me suis exécutée!

Tommawack 10/04/2007 19:05

C'est vrai que de moin côté j'y vais molo molo avec mon boulot, j'évite d'en parler... Mais pas par peur, plutot par une sorte de déontologie.

Et puis ça emmerderait tout le monde je pense !