DEATH OF A PRESIDENT - Même pas vrai! (Blazers 74)

Publié le par DEVOTIONALL

Bush assassiné ? Certains, comme la plupart des terroristes integristes musulmans, en ont rêvé; un simple réalisateur de cinéma l’a fait. Un docu-drama produit par la chaîne britannique Channel 4 montre un attentat meurtrier contre George W. Bush datant de… 2007. Composé d’images d’archives et de scènes de fiction, ce téléfilm intitulé Death of a President utilise des trucages numériques qui, comme dans Forrest Gump, mêle le vrai au faux. On y voit Bush abattu par un tireur d’élite lors d’un discours prononcé à Chicago, dans un contexte de manifestations contre la guerre en Irak.

Le réalisateur Gabriel Grange et le patron de More4, filiale de Channel 4 qui ont diffusé la première de leur pseudo- documentaire le 9 octobre 2006 (après sa présentation au Festival du Film de Toronto début septembre), réfutent les accusations de sensationnalisme. Ils prétendent avoir fait œuvre critique à partir d’une importante documentation technique et des entretiens avec des agents du FBI. Le Parti républicain a bien sûr qualifié l’idée de « choquante » et « dérangeante » (j’aime beaucoup ce qualificatif : en quoi ce film peut-il les déranger, sinon en jouant le révélateur d’un vague souhait partagé par des millions de personnes à travers le monde ?) et la Maison Blanche n’a pas jugé « digne » de le commenter, afin de ne pas lui faire de publicité. Le fait est que le film ne porte pas de jugement de valeur sur l'oeuvre de Bush le fils et se contente de decrire avec minutie et rigueur la dynamique d'un attentat et l'enquête s'en suivant.
Ainsi, toujours à la pointe de la corrosion et de la subversion, la télé anglaise fait encore parler d’elle. Sans pour autant se réjouir d’un tel film, dont la finalité semble pour l’heure bien floue, on est droit d’apprécier la liberté d’esprit dont font preuve nos voisins d’Outre Manche, également mise en valeur par The queen, le nouveau Stephen Frears mettant en scène Elizabeth II ( qui se suicide d'ailleurs d'une balle dans la bouche dans le dernier épisode en date de South Park, diffusé aux States cette semaine ). Je doute qu’actuellement de telles fictions politiques soient possibles en France, où on est peu prompte à s’affronter à l’actualité brûlante et où la censure et le respect soi disant dû à nos représentants républicains ont encore de beaux jours devant eux. Ainsi Sarkosy abbatu de deux balles au salon de l'agriculture ou Segolène Royal victime d'une tentative de viol durant une visite dans les quartiers chauds d'Aubervilliers, ce n'est pas encore pour demain. Tout juste pourrait on envisager José Bové victime d'un cheese burger trop cuit, dissumulé avec malice sous un lit de salade fraîche

Shocking! On a tiré sur Georges Bush!

Mais bon, au final, rien de bien folichon. La première demie heure est interessante, voire bonne, mais le reste du film est plein de longueur, et il est dur de se passioner pour une enquête policière sur un crime qui n'a en réalité pas été commis. Oscillant entre docu et fiction, Death of a president n'est pas de la viande, mais ça n'est pas non plus du poisson. On avait bien plus vibré pour le procès découlant de l'assassinat de JFK et finalement, on baille à s'en décrocher la machoire en attendant l'inévitable conclusion : encore un coup des musulmans! Aux dernières nouvelles Bush Junior va très bien, il n'a pas vu le film, et reste persuader de pouvoir gagner la guerre en Irak en envoyant un renfort de troupe, voire Captain america en cas de coup dur. Que quelqu'un lui dise que Cap, lui, s'est bel et bien fait descendre par un sniper! (5,5/10)

                                          C'est une fin de saison à l'enseigne des pépins physiques qui guettent les blazers : Zach Randolph opéré de la main, et Przybylla opéré du genou, et depuis samedi c'est LaMarcus Aldridge qui est out, en raison de problèmes cardiaques! On en saura plus dans quelques jours, souhaitons que ce ne soit que de la tachycardie. Avec un effectif déjà privé de Darius Miles depuis octobre, les Blazers avaient donc peu d'espoir face à Utah, motivé en vue des play off. Et pourtant, ce fut la trentième victoire de la saison cette nuit, grâce à la superbe deuxième mi temps de Brandon roy et l'apport offensif de Travis Outlaw. A ne plus rien y comprendre! A noter que le numero 14 de Lionel Hollins, alier de l'équipe championne de 1977, sera prochainement retiré de la numérotation de l'effectif.

Nouveau record de points en carrière pour ROY

PORTLAND - UTAH   94 - 89

PTS : ROY   29

RBS : BOOZER (Uta)   21

ASS : WILLIAMS.D (Uta)   13

Bilan : 30V   44D

Publié dans Blazers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article